(Washington) La confiance des consommateurs américains s’est légèrement dégradée en janvier, entamée par la propagation du variant Omicron de la COVID-19 et les préoccupations liées à l’inflation, selon l’estimation préliminaire de l’enquête de l’Université du Michigan publiée vendredi.

Publié le 14 janvier
Agence France-Presse

L’indice mesurant cette confiance s’est établi à 68,8 points contre 70,6 points en décembre, en repli de 2,5 % sur le mois et de presque 13 % par rapport à décembre 2021.  

Les analystes tablaient en moyenne sur un recul de cet ordre à 68,5 points, selon Briefing.com.

« Alors que les variants Delta et Omicron ont certainement contribué à cette baisse » du moral des ménages, « cette dégradation est également due à l’escalade de l’inflation », indique l’économiste de l’enquête Richard Curtin dans un communiqué.

« Début janvier, les trois quarts des consommateurs considéraient l’inflation comme le problème le plus grave auquel le pays était confronté, avant le chômage », souligne-t-il.

L’inflation aux États-Unis est en effet en décembre au plus haut depuis 1982, avec des prix qui ont grimpé, par rapport à l’an passé, de 7 % selon l’indice CPI.

Interrogés sur l’état de leurs finances, 33 % des sondés se disent moins à l’aise financièrement qu’il y a un an, « le pire taux depuis 2014, » souligne l’enquête.

La moitié des foyers (48 %) « s’attendent à ce que l’inflation rogne toute augmentation de salaire, conduisant à une perte de revenus réels ».

Pour Andrew Hunter, économiste de Capital Economics, « la chute de l’indice suggère que les inquiétudes concertant Omicron et la forte inflation ont dépassé le soulagement apporté par une modeste et temporaire baisse des prix de l’essence ».

« La flambée de l’inflation devrait s’avérer une inquiétude plus durable », prévient l’expert.