(Montréal) Le marché immobilier de la région de Montréal a été particulièrement actif le mois dernier, malgré une diminution de 19 % du nombre de ventes par rapport à l’année précédente, a indiqué vendredi l’Association professionnelle des courtiers immobiliers du Québec (APCIQ)

Publié le 7 janvier
La Presse Canadienne

Un total de 3675 propriétés résidentielles ont été vendues dans la région métropolitaine le mois dernier, a précisé l’APCIQ, ce qui en fait le deuxième meilleur mois de décembre à ce chapitre, après le record de 4541 enregistré au dernier mois de 2020.

Cette vigueur dans les transactions survient alors que le nombre d’habitations inscrites à la vente était parmi les plus faibles jamais enregistré dans la région montréalaise, a souligné l’association.

Les inscriptions en vigueur pour les copropriétés ont diminué de 29 %, tandis que celles pour les maisons unifamiliales ont glissé de 26 %. Ce recul a été beaucoup plus faible pour les inscriptions de plex, qui abritent deux à cinq logements, et ont diminué de 6 %.

Le prix de vente médian pour une maison unifamiliale de la région de Montréal a atteint 525 000 $ en décembre, ce qui représentait une hausse de 22 % par rapport à la même période en 2020.

Une copropriété typique s’est vendue au prix médian de 379 950 $, en hausse de 17 % par rapport à décembre 2020.

« Les acheteurs tentent de profiter de taux hypothécaires à des niveaux encore très bas avant leur remontée annoncée pour 2022 », a expliqué le directeur du service de l’analyse du marché de l’APCIQ, Charles Brant.

« Ainsi, le déséquilibre toujours marqué du marché à la faveur des vendeurs continue de se manifester par une hausse sensible des prix en périphérie de l’île de Montréal, toutes catégories de propriétés confondues. »