(Washington) La Banque centrale américaine (Fed) a débuté mardi sa réunion de politique monétaire, lors de laquelle les responsables se pencheront sur le moment opportun pour commencer à ranger l’artillerie de soutien à l’économie et actualiseront leurs prévisions économiques.

Agence France-Presse

La réunion « a commencé à 13 h comme prévu », a indiqué à l’AFP un porte-parole de la Fed.

Elle s’achèvera mercredi midi, et sera suivie d’un communiqué de presse à 14 h puis d’une conférence de presse du président de la Fed, Jerome Powell, à 14 h 30.

Les responsables de la puissante Réserve fédérale américaine vont, pendant ces deux demi-journées, regarder à la loupe les progrès réalisés par l’économie américaine ces derniers mois, notamment en ce qui concerne l’inflation et l’emploi.

L’institution monétaire veut en effet réduire progressivement ses achats de bons du Trésor et autres titres, réalisés au rythme de 120 milliards de dollars par mois depuis le début de la crise. Mais pour cela, elle veut d’abord s’assurer que la reprise économique soit suffisamment solide.

Si quelques indices pourraient être distillés à l’issue de la réunion, la plupart des analystes, cependant, tablent plutôt sur une annonce ferme, quant au rythme et au calendrier, lors de la réunion de novembre.

Le président de la Fed devrait insister sur le fait qu’une diminution des achats d’actifs n’ira pas de pair avec un relèvement des taux directeurs, qui avaient été abaissés dans une fourchette de 0 à 0,25 % en mars 2020, devant la menace imminente de la COVID-19 pour les États-Unis.

Ceux-ci devraient rester à niveau pendant un moment encore. L’actualisation du « nuage de points », qui montre à quel moment chacun des membres du Comité monétaire pense qu’il sera judicieux de les faire évoluer, pourrait donner une idée du moment auquel les taux pourraient bouger.

Lors de la dernière actualisation, en juin, la majorité des responsables de la Fed anticipait une première hausse en 2023.

Les marchés s’intéresseront également aux prévisions économiques pour la croissance, l’emploi et l’inflation, qui seront actualisées.