(New York) La confiance des consommateurs américains pour septembre est ressortie légèrement inférieure aux prévisions des économistes et demeure à un niveau faible, proche de celui d’août, selon l’estimation préliminaire de l’enquête de l’Université du Michigan publié vendredi.

Agence France-Presse

L’indice s’établit à 71 points, contre 70,3 points en août. Le mois dernier, l’indicateur avait atteint son plus bas niveau depuis décembre 2011, en baisse de 13,4 % par rapport au mois de juillet.

Le chiffre préliminaire de septembre est inférieur aux attentes des économistes, qui tablaient sur 72 points.

Le faible gain par rapport à août « signifie que les consommateurs tablent toujours sur les perspectives économiques les moins favorables depuis une décennie », a commenté Richard Curtin, économiste en chef chargé de l’enquête mensuelle, très suivie par les marchés.

Wall Street a ainsi mal réagi à la publication. Vers 10 h 15, l’indice élargi S&P 500 s’affichait ainsi en baisse de 0,66 % après avoir ouvert quasiment à l’équilibre quelques minutes plus tôt.

Richard Curtin a relevé que deux paramètres s’étaient encore dégradés depuis l’enquête d’août, dont le comportement d’achat des consommateurs, qui a atteint, en septembre, un plus bas que l’indice n’a connu qu’une seule fois, en 1980 (l’indicateur est mensuel depuis 1978).

La perception des conditions d’acquisition d’un logement, d’un véhicule ou d’équipements ménagers approche également des plus bas historiques, les consommateurs mettant cette dégradation sur le compte de prix élevés.

« La confiance reste en berne par rapport au printemps et, plus encore, à l’avant-pandémie, mais nous pensons que le chiffre de septembre constituera un plancher », a réagi Ian Shepherdson, économiste en chef du cabinet Pantheon Macroeconomics.

« D’ici la prochaine enquête, nous nous attendons à ce qu’il soit clair que le [variant] Delta [du coronavirus] soit en recul », a-t-il ajouté, dans une note, « donc la confiance devrait commencer à rebondir. »