(Toronto) La demande pour les logements dans le Grand Toronto a diminué en juillet, par rapport au même mois l’an dernier, mais est restée supérieure à la moyenne pour la saison, a indiqué jeudi la chambre immobilière de la région.

La Presse Canadienne

Près de 9400 ventes de logements ont été signalées en juillet, un chiffre en baisse de 14,9 % par rapport à celui de juillet 2020, qui avait établi un record de ventes pour ce mois, a précisé l’organisme.

Sur une base désaisonnalisée, les ventes de juillet ont diminué de 2 % par rapport à juin, a poursuivi la chambre immobilière.

Le marché du logement de Toronto s’est resserré en juillet, le nombre de ventes représentant une plus grande portion des inscriptions par rapport à l’an dernier.

Le prix moyen pour tous les types de maisons était d’un peu plus d’un million de dollars, en hausse de 12,6 % par rapport à il y a un an, a indiqué la chambre.

Sur une base désaisonnalisée, le prix moyen pour tous les types de maisons a augmenté de 0,9 % par rapport à juin, a-t-elle poursuivi.

« Le taux annuel de croissance des prix s’est modéré depuis le début du printemps, mais est resté supérieur à 10 %. Cela signifie que de nombreux ménages sont toujours en concurrence très dure pour conclure un accord sur une maison », a observé Jason Mercer, analyste en chef du marché de la chambre immobilière du Grand Toronto, dans un communiqué.

« Cette forte pression à la hausse sur les prix des maisons se maintiendra en l’absence d’une offre plus importante, d’autant plus que nous nous attendons à une reprise de la croissance démographique en 2022. »

M. Mercer a noté qu’il existait un important arriéré de personnes cherchant à obtenir la résidence permanente ou le statut de citoyenneté au Canada en raison de la pandémie, ce qui entraînera une pression continue sur le marché du logement de la région de Toronto.