Exportation et développement Canada (EDC), qui a pour mission d’aider les entrepreneurs canadiens à exporter leurs produits, a annoncé vouloir davantage soutenir les entreprises détenues par des minorités.

Rafael Miró
Rafael Miró La Presse

La société de la couronne a annoncé qu’elle financera à hauteur de 200 millions de dollars des entreprises détenues par des femmes, des autochtones, des personnes racisées, des membres de minorités sexuelles et des personnes ayant diverses aptitudes et compétences. Ce financement prendra la forme d’achat d’actions.

Selon le communiqué, ces entreprises ont beaucoup plus de mal à avoir accès à des capitaux que les autres. Elles sont « confrontées à une discrimination systémique et à des obstacles injustifiés provenant du contexte social et commercial ». Le nouveau Programme d’investissement pour le commerce inclusif vise donc à « pallier le manque de liquidités chronique qui afflige ces entreprises, tout en injectant les fonds nécessaires pour concrétiser leurs objectifs d’exportation ».

D’ici 2023, EDC s’est fixé comme objectif d’aider 2000 entreprises détenues par des femmes, contre 1052 en 2020. Pendant la même période, l’organisme veut faire bondir de 77 à 400 le nombre d’entreprises détenues par des autochtones qu’elle accompagne annuellement.