(Washington) Le secteur des services aux États-Unis continue de se remettre de la crise provoquée par la pandémie, mais il a enregistré une croissance moins rapide que prévu en juin pénalisé par la pénurie de main-d’œuvre et des problèmes d’approvisionnement, selon l’indice de la fédération professionnelle ISM publié mardi.

Agence France-Presse

L’indice, qui mesure le niveau d’activité des entreprises, s’est établi à 60,1 %, en baisse de 3,9 points par rapport à mai et moins que les 63 % qu’attendaient les analystes.  

Ce ralentissement intervient toutefois après un mois de mai record.

« Le taux d’expansion dans le secteur des services reste solide, malgré le léger recul du taux de croissance par rapport au plus haut historique du mois précédent », a estimé Anthony Nieves, président de l’Institute for Supply Management (ISM).

« Les défis liés aux pénuries de matériaux, à l’inflation, à la logistique et aux ressources en matière d’emploi continuent d’entraver les conditions commerciales », a-t-il ajouté.

Ainsi, la majorité des composantes de l’indice enregistre un ralentissement.  

Celle mesurant la production a perdu 5,8 points, tombant à 60,4 %, celle des nouvelles commandes recule à 62,1 % (-1,8 point) avec les nouvelles commandes à l’export perdant même 9,3 points à 50,7 %.

L’emploi recule à 49,3 % (-6 points).

ISM cite des témoignages dans différents secteurs.

Dans la restauration, un employeur constate ainsi que la reprise aux niveaux de 2019 est peut-être « trop rapide » soulignant que face à une demande de consommateurs très forte, « les défis » sont nombreux. Il cite en particulier les perturbations sur les chaînes d’approvisionnement, les retards liés à la logistique et les contraintes de personnel.  

Résultat, certains restaurants n’ont pas pu rouvrir ou seulement avec des heures limitées.

Le secteur des loisirs et des divertissements se heurte également à une forte demande, mais une pénurie de main-d’œuvre tandis que la hausse des prix pèse.

Dans le secteur de la construction, certains employeurs sont affectés par la pénurie de nombreux matériaux tels que le bois d’œuvre, le cuivre ou encore l’acier, ce qui fait grimper les prix et les délais.  

Le secteur des services, vital pour l’économie américaine, est celui qui a le plus souffert des restrictions imposées pour contenir la propagation du coronavirus.

Mais à la faveur d’aides gouvernementales et d’une campagne de vaccination rapide, nombre d’établissements enregistrent une reprise rapide.