(Montréal) Québec y va d’une autre mesure pour requalifier ou rehausser les compétences des gens, en les orientant vers des programmes de formation de courte durée.

Lia Lévesque La Presse Canadienne

Le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale, Jean Boulet, a annoncé mardi en conférence de presse qu’il consacrerait la somme de 30 millions sur quatre ans à un volet requalification et rehaussement des compétences du programme appelé COUD, pour Formations de courte durée.

La voie des stages sera privilégiée.

« On crée des passerelles. Ça permet aux personnes de se réorienter et, après la formation ou la requalification, elles sont en mesure de répondre aux défis que nous avons au Québec », a expliqué le ministre Boulet.

Québec espère ainsi que 1500 personnes pourront être réorientées vers l’agroalimentaire, l’aéronautique, l’économie verte, l’électrification des transports — bref des domaines où on a identifié des besoins en main-d’œuvre.

Les programmes de formation en question durent de quelques mois à trois ans au maximum. Ils permettent d’obtenir une Attestation d’études collégiales, un Diplôme d’études professionnelles ou une Attestation d’études professionnelles, par exemple.

Québec avait déjà annoncé un autre volet de ce programme, destiné à combler des besoins en main-d’œuvre dans les services de garde. La personne qui y participe travaille trois jours par semaine dans un Centre de la petite enfance (CPE) et étudie deux jours dans un cégep, tout en touchant 15 $ l’heure.

« Pour moi, l’alternance travail-études, c’est une avenue à privilégier, qui est extrêmement bénéfique. Ça donne un soutien financier : on assume les frais de scolarité, les frais de déplacement et les frais de garde, le cas échéant », a expliqué le ministre du Travail et de l’Emploi.

Le volet annoncé mardi a une portée plus générale et s’adresse aux secteurs particulièrement affectés par la pandémie, a-t-il ajouté.