(New York) La Maison-Blanche a réaffirmé sa volonté de résoudre les pénuries temporaires liées à la vive reprise économique dans l’immobilier, les semi-conducteurs, les transports et l’agroalimentaire en créant un groupe de travail pour identifier et rapidement atténuer les goulots d’étranglement.

Agence France-Presse

La pandémie a en effet généré des revirements importants dans l’offre et la demande de ces secteurs, conduisant à court terme à des hausses de prix et de longs délais de livraison, ce qui peut freiner la reprise.  

« Même si nous nous attendons à ce que ces goulots d’étranglement soient temporaires, l’administration Biden s’efforce d’y répondre en utilisant tous les outils à sa disposition pour minimiser les impacts sur les travailleurs, les consommateurs, les familles et les entreprises », a souligné un responsable de la Maison-Blanche lors d’une conférence téléphonique.

Emmené par les ministres du Commerce, du Transport et de l’Agriculture, le groupe de travail sera chargé de collaborer avec toutes les parties concernées pour « trouver des solutions » et « faciliter le partage d’informations », a-t-il ajouté.  

Le ministère de l’Agriculture prévoit par ailleurs de consacrer 4 milliards de dollars à diverses initiatives permettant de renforcer la chaîne alimentaire, de la production à la distribution aux consommateurs.

Comme demandé en février par le président Joe Biden dans un décret, les divers services du gouvernement américain ont aussi identifié une série de mesures pour répondre aux pénuries de quatre produits clés : les produits pharmaceutiques, les minéraux d’importance critique, les batteries de grande capacité comme celles utilisées dans les voitures électriques et les semi-conducteurs.

Le ministère de la Santé prévoit par exemple de dépenser 60 millions de dollars pour augmenter la production aux États-Unis de principes actifs entrant dans la fabrication des médicaments.

Pour expliquer les vulnérabilités dans les chaînes d’approvisionnement de ces produits, les services du gouvernement ont mis en avant la délocalisation de la production de ces biens essentiels, qui contraste avec les politiques volontaristes mises en place par d’autres pays.  

La concentration géographique de la production de produits comme les semi-conducteurs ou les ingrédients pharmaceutiques, ainsi qu’un manque de coopération au niveau international est aussi en cause, a souligné un responsable de la Maison-Blanche.  

La sécurité des chaînes d’approvisionnement sera à cet égard à l’agenda des discussions du président Joe Biden lors de son voyage en Europe, a-t-il indiqué. Il devrait par ailleurs convoquer un forum mondial sur les chaînes d’approvisionnement.

La Maison-Blanche prévoit aussi de lancer un nouveau groupe de travail emmené par la représentante américaine au Commerce (USTR) pour identifier les pratiques commerciales déloyales d’autres pays.

Le responsable n’a pas donné de calendrier précis.