(Pékin) La Chine a mis les États-Unis en garde mardi contre la perspective d’un accord commercial avec Taïwan, au lendemain d’une annonce en ce sens du chef de la diplomatie américaine Antony Blinken.

Agence France-Presse

« Je sais que nous avons des discussions avec Taïwan, ou que nous allons en entamer bientôt, sur une forme d’accord-cadre. Ces discussions devraient commencer », a annoncé le secrétaire d’État américain lors d’une audition parlementaire à Washington.

Il a toutefois renvoyé vers la représentante américaine au Commerce, Katherine Tai, pour tout détail sur ces futures négociations.

Cette annonce a été condamnée par la Chine, qui considère Taïwan comme une de ses provinces et menace de recourir à la force en cas de proclamation formelle d’indépendance sur l’île ou d’intervention extérieure.

Le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Zhao Lijian, a appelé Washington à « mettre un terme à toute forme de contacts officiels avec Taïwan, à traiter la question de Taïwan avec prudence et à s’abstenir d’adresser de mauvais signaux aux forces indépendantistes taïwanaises ».

L’annonce d’Anthony Blinken survient alors que les États-Unis et la Chine restent engagés dans une guerre commerciale ouverte en 2018 par l’ancien président américain Donald Trump.

Washington a rompu ses relations diplomatiques avec Taipei en 1979 afin de reconnaître Pékin comme le seul représentant officiel de la Chine. Mais les États-Unis restent l’allié le plus puissant de Taïwan et son fournisseur d’armes numéro un.  

« Taïwan doit avoir les moyens de se défendre », a réaffirmé lundi Antony Blinken. « Nous continuons à fournir des équipements significatifs à Taïwan à cette fin », a-t-il ajouté, évoquant de « réelles inquiétudes au sujet de l’agression croissante du gouvernement de Pékin » à l’égard de l’île.