(Paris) Le Costa Rica est devenu mardi le 38e membre de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), a annoncé ce forum, dont le siège est à Paris.  

Publié le 25 mai 2021
Agence France-Presse

« Le Costa Rica est officiellement devenu aujourd’hui un membre de l’OCDE, le 38e pays à rejoindre l’Organisation depuis sa création il y a 60  ans », a-t-il indiqué dans un communiqué.  

« Cette étape constitue l’aboutissement d’un processus d’adhésion entamé en avril 2015 […] au cours duquel le pays a été l’objet d’examens techniques approfondis menés par 22 comités de l’OCDE, et a mis en place des réformes majeures visant à harmoniser sa législation, ses politiques et ses pratiques avec les normes de l’OCDE », explique le communiqué.  

Ces réformes ont notamment concerné une refonte globale de la politique de la concurrence et de ses modalités d’application, l’introduction de la responsabilité pénale des personnes morales en cas de corruption transnationale et l’établissement d’un registre des actionnaires pour assurer la transparence fiscale.  

Née en 1961 dans le contexte de la guerre froide, l’OCDE, qui compte les États-Unis et les pays européens parmi ses fondateurs, s’est ouverte progressivement à d’autres continents.  

Après le Mexique et le Chili, la Colombie a intégré l’organisation en 2020, en attendant peut-être le Brésil, qui est sur les rangs.  

L’actuel secrétaire général de l’OCDE, le Mexicain Angel Gurria, a salué l’arrivée du « Costa Rica dans la famille de l’OCDE à un moment où le multilatéralisme est plus important que jamais ».  

« Nous avons été impressionnés de voir que l’engagement à l’égard de l’adhésion à l’OCDE dont l’ensemble des partis politiques a fait preuve pendant le processus d’adhésion s’est maintenu au cours de la phase de ratification, en dépit de la pandémie », a ajouté M. Gurria, qui quittera ses fonctions mardi prochain, après trois mandats successifs de cinq ans.  

L’Australien Mathias Cormann, élu mi-mars, lui succédera.