(Toronto) Le gouvernement de l’Ontario prévoit de dépenser des milliards pour lutter contre la pandémie de COVID-19, aider les petites entreprises et soutenir les familles.

Shawn Jeffords et Holly McKenzie-Sutter
La Presse Canadienne

Le gouvernement de Doug Ford a dévoilé mercredi un budget de dépenses de 186,1 milliards, avec un déficit de 33,1 milliards. Les conservateurs ne prévoient pas éliminer les déficits avant 2029. Le plan de dépenses contient 6,7 milliards pour les seules mesures liées à la pandémie, dont 1 milliard pour la vaccination et 2,3 milliards pour les tests de dépistage et la recherche des contacts cette année.

Les hôpitaux et les foyers de soins de longue durée reçoivent des fonds destinés directement à atténuer les pressions de la pandémie, tandis que le financement global de la santé en Ontario passe de 66,7 à 69,8 milliards.

Le ministre des Finances, Peter Bethlenfalvy, a déclaré qu’une grande partie du budget appuyait le travail nécessaire pour traverser la pandémie. Les hôpitaux recevront ainsi cette année 1,8 milliard de plus et les soins de longue durée, 650 millions pour répondre aux demandes imposées aux deux secteurs par la pandémie.

Le ministre Bethlenfalvy a indiqué que le financement des hôpitaux, qui avait déjà été annoncé, aidera à faire face aux dépenses liées à la COVID-19 et à un arriéré des opérations électives. Les fonds destinés aux soins de longue durée seront utilisés pour empêcher la propagation du coronavirus dans les foyers, augmenter les effectifs et acheter des équipements de protection individuelle.

Le gouvernement a également chiffré son plan visant à ce que les résidants des foyers de soins reçoivent en moyenne quatre heures de soins directs par jour : cette mesure coûtera 4,9 milliards au cours des quatre prochaines années, notamment pour recruter 27 000 préposés.

Les PME et les familles

Le budget prévoit également des fonds pour aider les petites entreprises et les familles à faire face aux coûts liés à la pandémie.

Le gouvernement annonce qu’il offrira une deuxième série de subventions aux petites entreprises pour les aider à faire face à leurs dépenses exceptionnelles. Il créera aussi un nouveau crédit d’impôt aux entreprises pour la formation professionnelle.

Le programme de subventions, lancé pour la première fois en janvier, fournit entre 10 000 $ et 20 000 $ aux petites entreprises touchées par les confinements. Le gouvernement estime que ce programme, qui coûtera 3,4 milliards, aidera environ 120 000 petites entreprises.

Le budget introduit également un nouveau crédit d’impôt pour la formation, qui vise ceux qui ont perdu leur emploi pendant la pandémie. Le programme, qui coûtera 260 millions, fournira jusqu’à 2000 $ par personne pour payer la moitié des dépenses de formation admissibles.

Pour les Ontariens, le gouvernement Ford offrira une troisième ronde de prestations aux familles avec enfants, par l’entremise de la prestation pour enfants COVID-19 de l’Ontario, qui sera doublée à 400 $ par enfant – et 500 $ pour chaque enfant ayant des besoins particuliers.

L’Ontario consacre également 2,8 milliards supplémentaires pour offrir un accès à l’internet haute vitesse à un plus grand nombre de personnes d’ici 2025. Le financement aidera à étendre le service à large bande à 700 000 foyers supplémentaires, selon le budget.

L’opposition

La cheffe néo-démocrate, Andrea Horwath, a estimé que ce budget ne prévoyait pas d’investissements urgents dont les gens avaient besoin pour traverser la pandémie. Elle déplore notamment un manque de financement pour les congés de maladie payés, les congés payés pour se faire vacciner ou les plans pour embaucher plus de travailleurs en éducation.

Elle déplore aussi que le gouvernement n’ait pas dépensé suffisamment pour le soutien aux entreprises, la création d’emplois et les soins de longue durée.

Ce budget ne mentionne même pas la troisième vague, encore moins le soutien aux gens pour la traverser.

Andrea Horwath, cheffe du Nouveau parti démocratique de l’Ontario

Le budget trace une longue voie vers l’équilibre budgétaire, qui ne devrait pas être atteint avant un hypothétique troisième mandat progressiste-conservateur. Le budget prévoit que l’Ontario enregistrera un déficit de 26,2 milliards l’an prochain et de 18,7 milliards en 2023-2024 ; les années de déficits devraient prendre fin en 2029-2030, avec un excédent prévu de 900 millions.

Mais le ministre Bethlenfalvy ne regrette pas les dépenses du gouvernement conservateur en temps de pandémie. « Je recommencerais demain matin, pour protéger la santé et le bien-être de la population de l’Ontario », a-t-il dit. « C’est ce que font les gouvernements responsables. »

Le gouvernement prévoit par ailleurs une hausse des recettes pendant l’exercice, alors que l’économie devrait se renforcer, indique le budget. Les recettes fiscales totales devraient atteindre 104,8 milliards, contre 99,1 milliards en 2020-2021.

Le gouvernement prévoit également des recettes supplémentaires provenant de certaines de ses sociétés d’État, comme la Société ontarienne du cannabis et la Société des loteries et des jeux.