(Washington) Le déficit commercial des États-Unis a augmenté plus que prévu en janvier sous l’effet d’une hausse des importations traduisant une reprise de l’économie américaine, a annoncé vendredi le département du Commerce.

Agence France-Presse

En janvier, le déficit a atteint 68,2 milliards de dollars (+1,9 %) avec des importations en hausse de 1,2 % à 260,2 milliards et des exportations en hausse également de 1 % à 191,9 milliards.

C’est plus qu’attendu par les analystes qui tablaient sur 67,5 milliards de dollars.

En janvier, les États-Unis ont importé notamment davantage de voitures et consommé plus de préparations pharmaceutiques comparés à décembre, relève le département du Commerce dans un communiqué.

Parallèlement, les importations dans le secteur des transports, des voyages et de l’industrie automobile ont diminué.

Pour les seuls biens et par zone géographique, le déficit commercial avec la Chine a diminué de 3,4 % mais il a bondi de 15,2 % avec le Mexique.

Avec l’Union européenne, il s’est creusé de près de 4,5 %.

Bien que les exportations de services aient augmenté en janvier, ce secteur américain essentiel de l’économie américaine est encore loin d’être revenu aux niveaux d’avant pandémie.

Les restrictions de voyage restent notamment un frein aux volumes d’exportation, note James Watson, économiste chez Oxford Economics.

« La demande américaine stimulée par les aides budgétaires devrait doper les volumes d’importations au cours de ce (premier) trimestre, mais la demande mondiale reste faible et les restrictions sur les voyages maintiendront les volumes d’exportation beaucoup plus loin derrière », ajoute-t-il.

Dans un effort pour contenir la propagation du nouveau coronavirus, les États-Unis avaient fermé leur frontière il y a près d’un an.