(Washington) Les entreprises américaines se montrent optimistes pour les mois à venir, grâce à la campagne de vaccination en cours, mais le redressement de la situation de l’emploi reste lent, selon une enquête de la Banque centrale publiée mercredi.

Agence France-Presse

« La plupart des entreprises restent optimistes pour les 6-12 prochains mois », a relevé la Fed dans son Livre Beige, une étude réalisée auprès des entreprises du pays, interrogées avant le 22 février.

Le pire de la crise semble passé aux États-Unis, puisque « l’activité économique s’est accrue modestement de janvier à mi-février » dans la plupart des régions du pays.

La situation du marché du travail reste contrastée, puisque « les niveaux d’emploi ont augmenté […], quoi que lentement » dans la plupart des régions, souligne la Fed.

Car malgré le niveau de chômage toujours très élevé aux États-Unis, de nombreuses entreprises ont « des difficultés à attirer et garder les travailleurs qualifiés », contraignant de nombreuses entreprises à proposer des salaires plus élevés.

En effet, outre la peur de contracter la COVID-19 sur le lieu de travail, la distribution d’allocations chômage plus généreuses et de façon prolongée reste un frein au retour au travail, de même que la garde d’enfants, selon ce rapport.  

Ainsi, des entreprises de la région de Richmond « soulignent que peu de femmes sont retournées au travail en raison des besoins de garde d’enfants et d’enseignement à domicile ».

Le rapport souligne aussi la bonne santé du secteur immobilier, avec une demande toujours très forte pour les maisons neuves ou anciennes. En revanche, la situation s’est « un peu détériorée » pour l’immobilier commercial – hôtels, magasins, bureaux.  

Et l’activité manufacturière, qui fait face à une hausse des prix des matières premières et pièces détachées, ainsi qu’à la pénurie mondiale de puces électroniques, a vu son activité s’accroître « modestement ».

La prochaine réunion du comité de politique monétaire de la Fed (FOMC) aura lieu les 16 et 17 mars.