(Washington) Le rythme des créations d’emplois dans le secteur privé aux États-Unis a ralenti en février par rapport à janvier pénalisé notamment par le secteur de la construction,  selon l’enquête mensuelle de la firme de services aux entreprises ADP publiée mercredi.

Agence France-Presse

En février, les entreprises privées ont créé 117 000 emplois aux États-Unis, bien moins que les 180 000 attendus par les analystes.

En janvier, elles en avaient créé 195 000, selon un chiffre révisé en hausse, un fort rebond qui suivait un plongeon et de nouvelles destructions d’emplois en décembre.

« Le marché du travail continue d’afficher une reprise lente dans tous les domaines », a commenté dans un communiqué Nela Richardson, cheffe économiste d’ADP.  

C’est surtout le secteur de la production qui a souffert en février, détruisant 14 000 emplois alors qu’il en avait créé 19 000 le mois précédent.

Dans le détail, le secteur de la construction a ainsi détruit 3000 emplois, après en avoir créé 18 000 en janvier. Et la production manufacturière, qui doit pourtant accélérer la cadence pour répondre à la forte demande attendue dès le printemps, a détruit 14 000 emplois (contre 1000 créations en janvier).

C’est donc le secteur des services qui tire les créations d’emplois, avec 131 000 nouveaux postes, notamment dans le secteur des transports et de la fourniture d’énergie ou de l’eau, mais aussi dans le secteur de la santé, poussé par le besoin de personnel pour la vaccination.

Et le secteur des loisirs et de l’hôtellerie, qui souffre depuis près d’un an, se redresse un peu, avec 26 000 nouveaux emplois.

Les entreprises de taille moyenne (50 à 499 salariés) ont créé près de la moitié des emplois. Les plus grosses entreprises, de plus de 1000 salariés, en ont en revanche détruit.

L’enquête d’ADP est un premier indicateur du marché de l’emploi, avant le rapport officiel du ministère du Travail qui sera publié vendredi.

Les analystes pensent que l’ensemble de l’économie américaine (secteurs public et privé, hors agriculture) a généré 200 000 nouveaux emplois en février, contre 49 000 en janvier, et que le taux de chômage est resté à 6,3 %.

Et tous les yeux sont tournés vers le plan d’urgence de 1900 milliards de dollars, présenté par Joe Biden, et qui devrait donner un coup de fouet à l’économie, au moment même où la campagne de vaccination devrait permettre une plus large réouverture de beaucoup d’entreprises.

Le plan a été adopté à la Chambre des représentants et le Sénat devrait voter cette semaine, mais en abandonnant la hausse à 15 dollars du salaire minimum, avant un vote final à la Chambre des représentants.

Il comporte, outre les chèques aux ménages et l’extension des allocations chômage, de nouvelles aides pour les entreprises et des fonds pour les collectivités locales afin de maintenir l’emploi des personnels de santé, pompiers, policiers, enseignants, etc.

Les entreprises privées avaient détruit 19,4 millions d’emplois en avril 2020, lorsque la pandémie de COVID-19 avait brutalement mis l’activité économique entre parenthèses.