(Paris) L’économie et notre vision du monde doivent être repensées pour répondre à l’urgence climatique et environnementale, plaide cette semaine un rapport de l’ONU, qui recommande de prendre en compte la valeur de la nature dans les performances économiques.

Patrick GALEY
Agence France-Presse

Ce rapport, produit par le Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE), synthétise les connaissances les plus récentes sur l’état du climat et sur l’émergence de nouvelles zoonoses comme la COVID-19.

Trois menaces planétaires simultanées

Il faut « faire face à trois menaces planétaires simultanément » et parvenir à « la restauration des écosystèmes et l’amélioration de la santé des populations, ainsi que par la stabilité du climat », indique le PNUE dans un communiqué.

Sont menacées « la sécurité alimentaire, la sécurité en eau et la santé humaine », complète Bob Watson, ancien dirigeant de la Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES) et du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) dans un entretien à l’AFP.

Le monde n’est pas sur la bonne voie pour atteindre l’objectif de l’Accord de Paris de limiter le réchauffement climatique bien en dessous de 2 °C, si possible à 1,5 °C, et se dirige vers un réchauffement d’au moins 3 °C, avec son cortège de catastrophes naturelles, rappelle le PNUE.

Aucun des 20 objectifs de protection de la biodiversité pour la période 2010-2020 n’a été pleinement atteint et les objectifs de développement durable, destinés notamment à lutter contre la pauvreté, les inégalités et à promouvoir la paix, sont menacés par la crise de la COVID-19, la faim et la pauvreté dans le monde repartant à la hausse.

Comment en sommes-nous arrivés là ? « Au cours des 50 dernières années, la richesse mondiale a presque quintuplé, en grande partie due au triplement des extractions de ressources naturelles et d’énergie qui ont alimenté la croissance de la production et de la consommation. La population mondiale a été multipliée par deux, à 7,8 milliards », dont 1,3 milliard restent pauvres et 700 millions souffrent de la faim, résume le rapport.

Guerre contre la planète

« La croissance économique a apporté des bénéfices inégaux en termes de prospérité », rappelle le PNUE. Mais « la dégradation de l’environnement entrave les progrès réalisés pour mettre fin à la pauvreté et à la faim, réduire les inégalités et promouvoir une croissance économique durable », avertit-il.

Notre guerre contre la nature a brisé la planète.

António Guterres, secrétaire général des Nations unies

« En transformant notre façon de voir la nature, nous pouvons reconnaître sa véritable valeur » et la traduire « dans les politiques, les plans et les systèmes économiques (pour) canaliser les investissements vers des activités qui restaurent la nature et en sont récompensés », exhorte M. Guterres, cité dans le communiqué. .

L’activité économique ne peut pas être guidée par la seule mesure du produit intérieur brut (PIB), souligne le rapport.

Le PIB est un concept très limité. Il ne prend pas en compte la valeur de la nature ni le coût environnemental de la pollution.

Bob Watson, ex-dirigeant de la Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques

Le rapport suggère aussi « d’éliminer les subventions nocives » pour les réinvestir dans des solutions propres.

5000 milliards chaque année au pétrole

Ces subventions aux énergies fossiles, à des pratiques agricoles non durables ou à des transports polluants « dépassent les 5000 milliards de dollars annuels », souligne le co-auteur du rapport, Ivar Baste.

« En démontrant à quel point la santé des personnes et la nature sont liées, la crise de la COVID-19 a mis en évidence la nécessité d’un changement radical dans notre façon de voir et de valoriser la nature », relève Inger Andersen, directrice générale du PNUE, citée dans le communiqué.

« Les plans de relance verte pour les économies frappées par la pandémie sont une occasion à ne pas manquer pour accélérer la transformation », poursuit-elle.

« Nous ne demandons pas aux gens de renoncer à des tonnes de choses, nous disons que nous pouvons être plus viables et avoir une vie agréable d’une manière légèrement différente », assure Bob Watson.

Ce rapport, produit par le Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE), synthétise les connaissances les plus récentes sur l’état du climat, avec les rapports du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), de la biodiversité avec la Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES) et sur l’émergence de nouvelles zoonoses comme la COVID-19.