(Montréal) Même si le Québec n’a pas retrouvé tous les emplois perdus à cause de la pandémie, la masse salariale totale versée, elle, était plus élevée en août 2020 qu’en août 2019.

Lia Lévesque
La Presse Canadienne

Ce constat surprenant ressort de la plus récente étude de l’Institut de la statistique du Québec. On y compare non seulement l’emploi avant et pendant la pandémie, mais aussi la masse salariale hebdomadaire.

Ainsi, en août 2020, le Québec avait 93,5 % des emplois qu’il avait en août 2019.

Ce qui est surprenant, c’est que la masse salariale hebdomadaire totale, elle, n’a pas diminué, même si l’emploi a diminué. Elle a même crû, au point d’atteindre 101,4 % de ce qu’elle était en août 2019… malgré les dizaines de milliers de pertes d’emplois.

Le phénomène est attribuable à plusieurs facteurs, a expliqué en entrevue, jeudi, Luc Cloutier-Villeneuve, analyste en statistiques du travail à l’ISQ.

Ainsi, certains secteurs ont été extrêmement sollicités, comme celui de la santé, qui s’est retrouvé non seulement avec une croissance du nombre d’emplois, mais aussi avec une croissance du nombre d’heures de travail hebdomadaires.

Ainsi, le secteur des soins de santé et assistance sociale a enregistré une masse salariale hebdomadaire de 111,2 % en août 2020 par rapport à août 2019.

« Les heures (de travail) font augmenter aussi la masse salariale. Le fait qu’il y a beaucoup de temps supplémentaire dans les soins de santé et l’assistance sociale a fait en sorte d’augmenter la masse salariale », explique M. Cloutier-Villeneuve.

« C’est principalement les heures travaillées qui viennent jouer (sur les statistiques) et, aussi, peut-être même dans les soins de santé, il y a eu une augmentation de l’emploi, parce que les soins sont beaucoup plus élevés en raison de la pandémie. »

Ce qui étonne, c’est que l’augmentation dans les soins de santé — et, dans une moindre mesure, dans d’autres secteurs aussi — est telle qu’elle compense, et même plus, pour les pertes de masse salariale dans d’autres secteurs, comme la restauration, l’hébergement, les arts, spectacles et loisirs.

Ainsi, dans ces secteurs des arts, spectacles et loisirs et de l’hébergement-restauration, le Québec avait en août 2020 environ 73 % des emplois comparativement à août 2019 et 75 % de la masse salariale.

M. Cloutier-Villeneuve rappelle que les emplois dans la restauration, l’hébergement et les arts, spectacles et loisirs commandent des salaires moins élevés que dans la santé ou la construction, par exemple, donc ils pèsent moins lourd dans la masse salariale globale au Québec.

Aussi, le taux de récupération des emplois tournait autour de 100 % dans des secteurs comme les finances et assurances, de même que les services professionnels, scientifiques et techniques.