(Washington) Les républicains ont échoué jeudi à faire approuver à l’unanimité au Sénat américain le déblocage de 250 milliards de dollars de fonds supplémentaires pour les petites et moyennes entreprises frappées par la crise du coronavirus, les démocrates s’y étant opposés, car ils veulent y ajouter d’autres priorités.  

Agence France-Presse

« Mes collègues ne doivent pas prendre en otage les travailleurs américains », a tonné le chef de la majorité républicaine à la chambre haute, Mitch McConnell, en direction des sénateurs démocrates.  

Il a ensuite soumis à un vote à l’unanimité sa proposition d’ajouter 250 milliards de dollars pour les PME aux 350 milliards qui figurent déjà dans le gigantesque plan d’aide à l’économie de 2200 milliards de dollars, voté par le Congrès et ratifié par Donald Trump fin mars.

Un sénateur démocrate, Ben Cardin, s’y est immédiatement opposé, bloquant de fait l’adoption du texte. Il a accusé Mitch McConnell de se livrer, avec ce vote promis à l’échec, car ordonné sans aucune négociation entre les deux partis, à « une manœuvre politique » qui « ne répondra pas aux besoins immédiats des petites entreprises ».

Les chefs démocrates du Congrès ont présenté mercredi leur contre-proposition pour un plan d’aide « intermédiaire » de plus de 500 milliards de dollars.   

Il prévoit bien 250 milliards de dollars pour les PME, mais 125 milliards devront passer par « des institutions financières communautaires » afin de s’assurer qu’aucune petite entreprise ayant droit aux aides ne soit « rejetée par les banques ».  

Les démocrates veulent ajouter une enveloppe de 250 milliards de dollars pour d’autres « priorités » : 100 milliards pour les hôpitaux et 150 milliards de dollars pour les États et gouvernements locaux. Ils veulent aussi augmenter le montant d’aides alimentaires pour les plus modestes.  

En pleine pandémie, les chefs du Congrès veulent éviter de faire revenir à Washington les 100 sénateurs et 435 membres de la Chambre des représentants pour voter, par crainte du risque de contagion.  

Les plans d’aide devraient pour cela être adoptés à l’unanimité ou par vote oral d’un nombre réduit de parlementaires.  

« Tout le monde sait qu’il n’y a aucune chance que la proposition tentaculaire (des démocrates) soit approuvée à l’unanimité cette semaine », a dénoncé Mitch McConnell.  

Le Sénat a ensuite été ajourné jusqu’à lundi.

La présidente démocrate de la Chambre, Nancy Pelosi, a rejeté ces accusations et rappelé que le secrétaire au Trésor, Steven Mnuchin, n’avait lancé les négociations que mardi sur ce nouveau plan en espérant son approbation d’ici la fin de la semaine.

« Il ne s’agit pas de tout mettre là-dedans, il s’agit […] de répondre à la demande du Secrétaire portant sur 250 milliards de dollars à livrer en 48 heures. Sérieusement ? Non, nous avons besoin de plus de données et de renforcer le contrôle et d’améliorer » les mécanismes de prêts aux PME, s’est-elle défendue lors d’une conférence de presse téléphonique.  

En trois semaines, près de 17 millions de personnes ont présenté pour la première fois une demande d’allocation chômage, du jamais vu aux États-Unis.