La ministre de l’Énergie de l’Alberta a indiqué mardi que sa province commençait à perdre patience en ce qui a trait au programme d’aide pour le secteur du pétrole et du gaz naturel promis du gouvernement fédéral.

La Presse canadienne

S’exprimant lors de la conférence de l’Association canadienne des producteurs pétroliers (ACPP), Sonya Savage a affirmé que l’industrie ne voulait pas de renflouement et qu’elle avait seulement besoin d’aide pour faire face aux problèmes de liquidité à court terme causés par le plongeon des prix du pétrole, qui a réduit les plans d’investissement des sociétés et leurs niveaux d’activité.

La conférence annuelle, qui s’était tenue à Toronto ces dernières années, est présentée cette année par voie électronique pour la première fois en raison de la pandémie de COVID-19, également responsable d’une baisse de la demande mondiale de pétrole.

La faiblesse des prix du pétrole est également liée à une surabondance d’approvisionnement, l’Arabie saoudite et la Russie ayant abandonné leur précédent accord de limitation de la production. Mme Savage dit qu’elle participera par téléphone à une réunion de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et d’autres producteurs sur la question, jeudi.

Malgré l’environnement actuel des prix, le chef de la direction de l’ACPP, Tim McMillan, estime qu’il y a beaucoup d’optimisme dans l’industrie parce que trois pipelines d’exportation clés — l’expansion de Trans Mountain, le remplacement de la canalisation 3 d’Enbridge et Keystone XL — sont en construction.

La semaine dernière, TC Énergie, établie à Calgary, a annoncé qu’elle commencerait la construction de son pipeline Keystone XL de 8 milliards US, soutenu par environ 1,1 milliard US d’investissements directs par le gouvernement de l’Alberta, ainsi qu’une garantie de prêt provinciale.