Alors que les mesures changent selon l’évolution de la crise, nous vous aidons à y voir plus clair en répondant aux questions que vous nous envoyez par courriel. Aujourd’hui, un physiothérapeute dont l’entreprise n’a qu’un seul employé peut-il avoir de l’aide ? Et que faire avec ses abonnements annuels ?

Isabelle Dubé Isabelle Dubé
La Presse

Q. Je crois que je ne suis pas touché par les mesures gouvernementales. J’ai une petite clinique de physiothérapie qui n’emploie que moi-même pour l’instant (avant, le problème était la pénurie de main-d’œuvre). Mes coûts fixes d’exploitation sans compter mon salaire sont de 2500 $ à 3000 $ par mois. Selon mon ordre professionnel, je peux rester ouvert pour traiter les cas urgents. Toutefois, mes revenus mensuels sont maintenant les mêmes que mes coûts fixes. Je n’ai plus de salaire. Étant donné les risques pour ma santé et celle de ma famille, est-ce que j’ai avantage à rester ouvert ou devrais-je fermer ? Est-ce que le programme fédéral de subvention des salaires s’applique à moi ? Ai-je droit à une aide gouvernementale autre qu’un prêt à la banque ? – Mathieu Lemay

R. Les règles sortent au compte-gouttes et les mesures évoluent chaque jour. Dans ce contexte, Antoine Chaume, planificateur financier chez Lafond + Associés, suggère de commencer par vérifier si toutes les dépenses avec tous les partenaires sont vitales à la survie de l’entreprise. Si certaines ne le sont pas, on les élimine.

« Si on a l’intention de rester ouvert, parce qu’on a besoin d’un revenu pour soutenir sa famille, on tente de reporter des paiements, même si ce n’est pas gratuit et qu’il faudra les faire plus tard, explique Antoine Chaume. Si on veut fermer pour prioriser la santé, on reporte aussi les coûts. L’idéal, c’est bien sûr de continuer de payer quand on a des liquidités. »

Si Mathieu Lemay est employé de son entreprise, qu’il s’est versé un salaire d’au moins 5000 $ dans les 12 derniers mois et qu’il a une diminution de ses revenus d’entreprise de 30 % et plus, il y a bel et bien une mesure pour lui. « Le gouvernement fédéral remboursera 75 % de son salaire jusqu’à 58 700 $, soit un maximum de 847 $ par semaine. La mesure est rétroactive au 15 mars 2020, mais on ne sait pas encore comment ils vont faire cette rétroaction », précise l’expert.

Antoine Chaume suggère aussi à M. Lemay d’utiliser le « Compte d’urgence pour les entreprises canadiennes ». « Pour être admissible, il doit s’être versé au moins 50 000 $ en salaire en 2019. Le prêt est sans intérêt la première année. Si on le rembourse avant le 31 décembre 2022, le gouvernement donne un congé de remboursement de capital de 25 %. »

Q. J’ai un abonnement annuel ou mensuel à plusieurs services comme les transports en commun, un gym, l’entretien paysager, l’entretien de la piscine et l’extermination d’insectes. Or, il se trouve qu’en ce moment, je paye sans recevoir de services. Est-ce que je peux résilier ces contrats d’abonnement sans conséquence ? – François Chouinard

R. Lorsqu’il s’agit d’un abonnement annuel dans un gym, l’Office de la protection du consommateur (OPC) explique sur son site internet que vous pouvez suspendre les paiements si vous ne bénéficiez plus du service décrit dans votre contrat en raison de la fermeture ordonnée par le gouvernement du Québec. Vous devez en aviser le commerçant et votre établissement financier, préférablement par écrit, s’il s’agit de prélèvements automatiques. Pour annuler officiellement votre contrat, l’OPC suggère de transmettre au commerçant le formulaire de résiliation qu’il a joint à votre contrat. « Les renseignements qui s’appliquent aux centres d’entraînement peuvent être transposés à bien d’autres situations semblables », soutient Charles Tanguay, de l’OPC.

En ce qui concerne le transport collectif et les sociétés suivantes : STM, RTL, STL, exo. L’ARTM a annoncé que la période permettant d’effectuer les modifications nécessaires à l’abonnement du mois d’avril se prolongera exceptionnellement au-delà du 31 mars 2020. L’ARTM conseille aux usagers d’éviter d’annuler leur abonnement, car elle travaille sur la possibilité d’effectuer un renversement du prélèvement pour le titre d’avril sans résilier l’abonnement et sans perdre le douzième mois gratuit.

Appel à tous

Vous faites partie des milliers de Canadiens mis à pied depuis trois semaines ? Vous aimeriez témoigner de votre situation, des démarches que vous devez entreprendre ou faire part de vos interrogations ? Écrivez-nous !