(Québec) Alors que l’économie mondiale tremble face à la menace du COVID-19, le deuxième budget du gouvernement de la Coalition avenir Québec (CAQ) maintient une forte croissance des dépenses. En 2020-2021, elles augmentent de 5,1 %. L’environnement fait également son entrée au chapitre des priorités gouvernementales. Voici les faits saillants du budget.

Hugo Pilon-Larose Hugo Pilon-Larose
La Presse

Croissance des dépenses

Le ministre des Finances, Eric Girard, estime que « les finances publiques sont en excellente position » face à un éventuel ralentissement économique. Le gouvernement termine l’année avec un surplus de 1,9 milliard et s’attend à atteindre l’équilibre budgétaire en 2020-2021, après le versement de 2,7 milliards au Fonds des générations. M. Girard se félicite que le Québec soit moins endetté aujourd’hui qu’il ne l’état avant la récession 2008. Le PIB de la province a davantage crû en 2019 que celui de la moyenne du Canada, dit-il. Cela a notamment réduit l’écart du niveau de vie entre le Québec et l’Ontario, un indicateur que chérit le premier ministre François Legault. Face à la propagation du COVID-19 dans plusieurs pays, Québec affirme devancer certaines dépenses pour stimuler l’économie.

Santé

La santé accapare désormais 49,6 % des dépenses de programmes gouvernementales. En 2020-2021, la croissance des dépenses en santé est de 5,3 %. Québec investit entre autres 488,5 millions pour améliorer l’accès au système de santé et aux services sociaux. 190 millions servent à bonifier les services offerts aux aînés, 190 millions pour améliorer les services aux jeunes en difficulté, alors que 199,8 millions sont injectés pour accroître les services offerts aux personnes handicapées et bonifier divers programmes en santé mentale.

Services sociaux

Le gouvernement Legault souhaite également mieux accompagner les victimes d’agressions sexuelles. Il investit 50 millions d’ici 2024-2025 pour ce faire. 181 millions sont aussi investis sur la même période de temps afin de bonifier et prolonger le Plan d’action gouvernemental en matière de violence conjugale. Pour appuyer les peuples autochtones, Québec consacre 200 millions sur cinq ans afin de mettre en place les priorités définies par la Commission d’enquête sur les relations entre les Autochtones et certains services publics « en concertation avec les communautés [autochtones] » elles-mêmes.

Éducation

La croissance des dépenses en éducation atteint 4,5 % cette année. Le gouvernement Legault entend ajouter 350 nouvelles classes de maternelle 4 ans en 2020, ce qui en porterait le total à 1010 à travers la province. Promesse phare de la CAQ, Québec prévoit avoir ouvert 2600 classes de maternelle 4 ans d’ici 2023-2024. Le ministre des Finances, Eric Girard, investit également pour ajouter au moins 150 nouvelles classes spécialisées dans les écoles, budgétant 94,6 millions d’ici 2024-2025 pour y arriver. Québec souhaite également augmenter le taux de diplomation en enseignement supérieur et investit 550 millions d’ici 2024-2025 pour ce faire, ciblant notamment les créneaux de l’intelligence artificielle et de l’innovation technologique.

Environnement

Critiqué pour avoir peu abordé l’enjeu de l’environnement lors de la dernière campagne électorale, le gouvernement Legault injecte 4,1 milliards provenant du marché du carbone et 2,1 milliards en crédits budgétaires pour lancer la mise en œuvre d’une Politique-cadre d’électrification et de lutte contre les changements climatiques, qui doit être déposée prochainement. Le gouvernement mise sur cette politique pour atteindre la cible de réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 37,5 % sous leur niveau de 1990 d’ici 2030. Le transport collectif a également une place de choix dans le budget du ministre Girard. 15,8 milliards sont prévus au Plan québécois des infrastructures 2020-2030 pour réaliser ou faire les études de projets dans plusieurs régions, notamment à Québec, Gatineau, Montréal, Laval, Longueuil et en Montérégie. Le programme Roulez vert, qui donne un rabais allant jusqu’à 8000 $ aux Québécois qui achètent un véhicule électrique, est maintenu jusqu’au 31 mars 2021.

Infrastructures

Québec atteint un « sommet historique d’investissement » de 130,5 milliards de dollars pour les dix prochaines années dans le Plan québécois des infrastructures (PQI) 2020-2030, en hausse de 15,1 milliards par rapport à l’an dernier. 5,9 milliards de ce montant vont au secteur de l’éducation et 2,9 milliards à la santé. Le transport collectif se taille une place de choix : 3,3 milliards des nouvelles sommes investies cette année y sont consacrés, ce qui porte à 15,8 milliards les investissements pour ce secteur dans l’ensemble du PQI 2020-2030. Le gouvernement Legault prévoit que « le taux d’actifs [publics] jugés en bon état pourrait passer de 60,8 % en 2020 à 70,7 % en 2030 » grâce aux investissements du PQI.

Petite enfance

Le gouvernement investit 339 millions sur cinq ans pour ajouter 6000 places d’ici deux ans aux 235 000 places subventionnées déjà offertes en services de garde. Québec injecte également 126 millions sur cinq ans pour soutenir davantage les parents d’enfants majeurs lourdement handicapés. Ce montant sera entre autres utilisé pour assurer un minimum d’heures de services d’aide à domicile. 250 millions investis sur cinq ans seront dédiés aux besoins des Québécois qui présentent une déficience intellectuelle, physique ou un qui se situent sur le spectre du trouble de l’autisme, notamment pour mettre en place de nouveaux modèles d’hébergement et de soins de longue durée. Secoué par plusieurs drames entourant la petite enfance ces derniers mois, Québec injecte 450 millions sur cinq ans pour réduire les listes d’attente à la Direction de la protection de la jeunesse (DPJ).

Aînés

Québec crée un nouveau crédit d’impôt pour mieux soutenir les proches aidants, nécessitant un investissement de 532 millions sur cinq ans. Cette mesure remplace celle qui existe à l’heure actuelle. Avec ce crédit d’impôt remboursable, les proches aidants pourraient obtenir jusqu’à 2500 $. Québec estime que cette mesure doublera l’aide fiscale qui est offerte aux personnes aidantes. Le gouvernement investit également 140 millions sur deux ans pour ajouter 900 lits et places d’hébergement dans les CHSLD, complémentairement à l’ouverture des nouvelles Maisons des aînés. 100 millions sont également octroyés sur cinq ans pour rehausser la qualité de la nourriture qui est servie dans les CHSLD.

Culture

Québec injecte 407 millions sur cinq ans en innovations culturelles et pour appuyer l’industrie de la musique, fragilisée par la compétition féroce des géants numériques (comme Spotify). Pour aider ce secteur, le gouvernement Legault bonifie le crédit d’impôt pour la production d’enregistrements sonores et le crédit d’impôt pour la production de spectacles. 50 millions sont également octroyés en matière de la langue française, alors que le ministre Simon Jolin-Barrette doit présenter des mesures pour renforcer la place du français au Québec. Le gouvernement prévoit aussi 394 millions au PQI afin de « mettre en place un parcours d’infrastructures culturelles ». Il s’agit d’immeubles patrimoniaux qui seront « acquis, restaurés, aménagés et reconvertis » pour permettre la diffusion et la création culturelle.

Fonction publique

Québec affirme avoir atteint à ce jour 50 % de son objectif de réduire de 5000 ses effectifs administratifs d’ici 2022-2023. Il souhaite aussi régionaliser un nombre équivalent de fonctionnaires à l’extérieur de Montréal et de Québec. Les conventions collectives du secteur public viennent à échéance le 31 mars prochain. Les négociations pour les renouveler sont en cours. Le gouvernement offre aux fonctionnaires 7 % de hausses salariales sur cinq ans. Il affirme avoir une marge de manœuvre plus grande pour certains travailleurs, notamment les enseignants et certains employés à bas salaire du système de santé. Pour soutenir le secteur privé de l’emploi, le gouvernement Legault instaure un nouveau crédit d’impôt à l’investissement et à l’innovation. Il s’agit d’un investissement de 526 millions sur cinq ans pour accélérer leur virage numérique. D’ici 2025, Québec estime que cette mesure touchera plus de 10 000 entreprises. L’économie du Québec a augmenté de 2,8 % en 2019. Le gouvernement prévoit que la croissance sera de 2 % en 2020.