La plupart des conseillers municipaux de Calgary ont dîné dans un restaurant du quartier chinois de la ville, cette semaine, pour essayer de réduire les craintes de la population au sujet du nouveau coronavirus.

Colette Derworiz
La Presse canadienne

Les commerces de différents quartiers chinois à travers le Canada ont signalé une baisse d’activité depuis que le COVID-19 a frappé la Chine en janvier et a commencé à se répandre dans le monde entier.

Au restaurant Ho Wan à Calgary, le fils des propriétaires, Jason Zhang, affirme que les affaires ont baissé d’environ 70 %.

« Les gens ne viennent pas beaucoup », a-t-il confié en entrevue. « Ce fut la Fête de la famille la plus tranquille que j’ai vue. »

La conseillère Druh Farrell, dont le district inclut le quartier chinois, a expliqué que les membres du conseil sont allés au restaurant pour dîner afin de montrer aux résidants de Calgary qu’il est sécuritaire d’y manger.

« Les affaires dans le quartier chinois sont en baisse — dans certains restaurants, de 70 à 80 % », a-t-elle souligné. « C’est un fardeau épouvantable pour les commerces, donc nous voulions montrer notre soutien et encourager les Calgariens à soutenir leurs entreprises locales, en particulier dans le quartier chinois. »

Il n’y a eu aucun cas de COVID-19 en Alberta, mais on a répertorié 13 cas confirmés en Ontario et en Colombie-Britannique. Dans le monde, environ 81 000 personnes sont tombées malades du virus. L’Organisation mondiale de la santé signale des cas dans 37 pays en dehors de la Chine.

Des inquiétudes concernant une baisse du nombre de visiteurs ont été signalées dans plusieurs quartiers chinois de l’Amérique du Nord.

Aux États-Unis, une campagne a été lancée à New York invitant les gens à « Donner un peu d’amour au quartier chinois ». Des virées gastronomiques ont été organisées pour aider le quartier chinois de Chicago, et la présidente de la Chambre des représentants, la démocrate Nancy Pelosi, a visité le quartier chinois de San Francisco, lundi, pour essayer de calmer les craintes.

Les commerces des quartiers chinois de Vancouver, Edmonton et Toronto ont tous signalé une baisse de la clientèle.

Alex Wang, qui dirige le Peninsula Seafood Restaurant à Vancouver, a déclaré à Global News qu’il avait vu ses affaires baisser de plus de 70 % et craignait que le restaurant ne puisse survivre plus de trois mois.

À Edmonton, la présidente de la Chinatown and Area Business Association a déclaré qu’il y avait eu un déclin notable de l’activité cet hiver.

« Il y a une peur générale du coronavirus », a constaté Holly Mah.

Une partie de cette baisse, a-t-elle dit, pourrait toutefois être liée à la saison d’hiver généralement plus lente et à la morosité de l’économie de l’Alberta.

Le quartier chinois de Toronto a également remarqué une baisse du nombre de clients.

« C’est une préoccupation », a déclaré Tonny Louie, président du Chinatown Business Improvement Area. « Les gens, dans le fond de leur esprit, se demandent encore ce qui va se passer. Ce virus […] est assez difficile à contenir. »

Il a ajouté que les affaires avaient repris au cours des deux dernières semaines, mais que les rues avaient été calmes après que le premier patient eut été hospitalisé à Toronto.

« Ça a été complètement désert pendant une semaine et demie », a-t-il dit. « Pas de voitures du tout. Et il y a plein de places de stationnement dans le quartier chinois, ce qui signifie que les gens ne viennent pas. »

M. Louie a noté que certaines personnes avaient commencé à revenir, mais on constate un recul de la fréquentation du quartier chaque fois qu’il y a de mauvaises nouvelles.