(Washington) Les ventes de maisons neuves aux États-Unis ont bondi au mois de janvier, et atteignent leur plus haut niveau depuis juillet 2007, selon les données du département du Commerce publiées mercredi.

Agence France-Presse

Au cours du premier mois de l’année, 764 000 maisons neuves ont été vendues, une hausse de 7,9 % par rapport à décembre, et de 18,6 % par rapport à janvier 2019.

C’est également plus qu’attendu par les analystes, qui tablaient sur 720 000 ventes.

En janvier, le prix médian d’une maison neuve aux États-Unis était de 348 200 dollars (331 400 dollars le mois précédent), et le prix moyen était de 402 300 dollars.

À la fin du mois, 324 000 maisons neuves restaient en vente dans le pays, soit 6000 de moins qu’en décembre. Cela représente 5,1 mois de stocks de ventes au rythme de transactions actuel.

« Nous attendions un rebond, grâce à l’hiver particulièrement doux dans la plupart des régions, mais cette publication est encore meilleure qu’attendu », a commenté Ian Shepherdson, chef économiste chez Pantheon Macroeconomics.

Il s’attend toutefois à un léger recul des ventes le mois prochain même si « la tendance devrait continuer à croître », et « les prix vont continuer à grimper à mesure que les stocks baissent ».

Bien que ces données soient particulièrement volatiles et souvent révisées après publication, « la tendance à la hausse s’est accélérée, sans doute favorisée par une baisse des taux des prêts immobiliers », a relevé Rubeela Farooqi, chef économiste chez High Frequency Economics (HFE).

Les ventes de maisons neuves avaient atteint leur record en juillet 2005 au pic de la bulle immobilière, avec près de 1,38 million de transactions.

Elles étaient ensuite retombées à leur plus faible niveau historique en février 2011, à 270 000, plus de trois ans après le déclenchement de la crise financière qui a trouvé sa source dans les prêts immobiliers risqués (subprime).