(Washington) Le nouveau coronavirus va retarder les achats massifs de produits américains prévus par la Chine dans le cadre de l’accord commercial préliminaire signé le 15 janvier entre les deux pays, a prévenu mardi le conseiller économique de la Maison-Blanche, Larry Kudlow.

Agence France-Presse

« Il est vrai que l’accord commercial, l’accord commercial de phase 1, et l’explosion des exportations (attendue) de cet accord commercial prendront plus de temps, à cause du virus chinois, c’est vrai », a-t-il reconnu dans une interview sur la chaîne Fox Business.

La Chine s’est engagée à acheter au cours des deux prochaines années pour 200 milliards de dollars de produits américains supplémentaires, notamment agricoles et manufacturiers.

Néanmoins, Washington table sur « un impact minimal » de ce nouveau coronavirus sur son économie. « La totalité du monde n’est pas dans la province du Wuhan », a encore souligné Larry Kudlow.

« On dirait que le monde s’est arrêté. Le monde ne s’est pas arrêté, nous avons aux États-Unis une économie très dynamique », a-t-il ajouté.

Une dizaine de provinces chinoises – pour la plupart très industrialisées, comme le Guangdong – ont enjoint aux usines et entreprises « non essentielles » de rester fermées jusqu’au 9 février.

L’une des conséquences de la mise à l’arrêt de la production chinoise est que « cela peut donner un coup d’accélérateur à la production ici, aux États-Unis, ce qui pourrait être très bénéfique », a souligné Larry Kudlow.

Il a ajouté que « les États-Unis sont la première économie mondiale, nous avons des chaînes d’approvisionnement ici ».

Le secrétaire américain au Commerce Wilbur Ross avait déclenché jeudi un torrent de réactions indignées en estimant que cette pause dans la production en Chine aiderait « à accélérer le retour des emplois en Amérique du Nord ».

Au moins 427 personnes sont mortes des suites de la maladie, selon des bilans officiels.