(Davos) Le secrétaire américain au Trésor Steven Mnuchin a critiqué mardi à Davos les prévisions de croissance selon lui « trop basses » du FMI pour les États-Unis, même s’il a reconnu que la crise du 737 Max de Boeing pesait sur la conjoncture.

Agence France-Presse

« Nous pensons que ces prévisions (du Fonds monétaire international) sont trop basses pour 2020 », a-t-il dit en marge du Forum économique mondial en Suisse, tout en reconnaissant que le rythme de la croissance américaine serait influencé par le temps qu’il faudra « pour que le MAX reprenne son activité. »

Le FMI prévoit une croissance de 2 % aux États-Unis cette année, puis de 1,7 % l’an prochain.

Le 737 MAX est interdit de vol dans le monde entier depuis le 13 mars à la suite de deux accidents ayant fait 346 morts, et sa reprise de service reste incertaine.  

« Lorsque nous regardons les prévisions pour 2020, les affaires se présentent très bien et il est évident que les deux accords commerciaux vont peser », a-t-il dit en référence à la trêve commerciale récemment conclue avec la Chine et à la signature d’un traité de libre-échange avec le Mexique et le Canada.

Le président Donald Trump a fait du rythme de croissance des États-Unis, plus soutenu que celui des autres économies développées, l’un des principaux arguments de la campagne pour sa réélection.