(Washington) La Réserve fédérale américaine, la Fed, a annoncé mardi qu’elle rejoignait officiellement le réseau de Banques centrales et superviseurs pour verdir le système financier, le Network for Greening the Financial System (NGFS).

Agence France-Presse

L’adhésion de la Réserve fédérale, la plus puissante banque centrale du monde, était très attendue. Ce réseau regroupe désormais 83 membres et 13 observateurs.

« NGFS soutient l’échange d’idées, de recherches et de bonnes pratiques sur le développement de la gestion des risques environnementaux et climatiques pour le secteur financier », détaille la Fed dans son communiqué, soulignant avoir commencé à participer aux discussions de ce réseau « il y a plus d’an an », sans toutefois en être membre.

La Banque centrale européenne (BCE), les Banques centrales d’Angleterre, du Japon, du Canada, du Luxembourg, de Malaisie, ou encore l’Autorité des services financiers de Dubaï, étaient elles déjà membres du NGFS.

« Alors que nous développons notre compréhension de la meilleure façon d’évaluer l’impact du changement climatique sur le système financier, nous sommes impatients de poursuivre et d’approfondir nos discussions avec nos collègues du monde entier » à travers ce réseau, a commenté le président de la Réserve fédérale, Jerome Powell.

L’adhésion de la Fed au NGFS a lieu en même temps que celle de sept autres institutions financières, dont l’autorité indonésienne des services financiers, les Banques centrales d’Islande et d’Uruguay, ou encore l’Autorité européenne des marchés financiers (ESMA).

« L’ajout de ces nouveaux membres cimente l’engagement du NGFS en faveur d’une action collective à un niveau mondial », relève le réseau dans un communiqué distinct

Le Network for Greening the Financial System (NGFS) a été lancé en décembre 2017.