(Washington) La Banque centrale américaine (Fed) a entamé mardi sa dernière réunion monétaire de 2020, au cours de laquelle elle actualisera ses perspectives économiques pour les trois années à venir.

Agence France-Presse

« La réunion du comité monétaire (FOMC) a commencé à 13 h comme prévu », a indiqué à l’AFP une porte-parole de la Fed.

Au lendemain des premières vaccinations contre la COVID-19 aux États-Unis, la Réserve fédérale devrait être plus optimiste pour la première économie du monde.

Néanmoins, il faudra des mois pour atteindre l’immunité collective, l’hiver s’annonce rude. La COVID-19, qui a tué 300 000 personnes aux États-Unis, continue de se propager à des niveaux jamais vus.

En attendant de savoir si les élus du Congrès parviendront enfin à trouver un compromis sur de nouvelles aides publiques, désormais urgentes, la Fed pourrait de nouveau se poser en rempart.

Mais elle devrait, selon des analystes, se concentrer sur les taux à long terme dans le but de limiter leur hausse. Ce faisant, l’institution contribuerait à maintenir bas de nombreux taux d’intérêt pour les ménages et entreprises-crédits auto, prêts immobiliers, etc-et à éviter un assèchement du crédit sur les places financières.

Elle pourrait ainsi « assouplir sa politique monétaire […] le plus certainement en augmentant la maturité de ses bons du Trésor » et des titres hypothécaires (MBS) contenus dans son portefeuille, selon Steve Englander, économiste pour Standard Chartered.

Il s’agit selon lui de la solution « la moins offensante pour les “faucons” (partisans d’une politique monétaire ferme, NDLR) et utile avec ou sans relance budgétaire » venue du Congrès, estime-t-il.

Toutefois, selon lui, les membres du comité de politique monétaire de la Fed pourraient conditionner une éventuelle action « à des objectifs économiques », ou en lui assignant une durée limitée dans le temps.

Ils devrait en revanche maintenir le volume actuel d’achats : « la Fed a été unanime pour dire que des achats supplémentaires ne sont pas nécessaires en ce moment », estime Diane Swonk, économiste pour Grant Thornton.

La Fed rachète actuellement pour 120 milliards de dollars d’actifs par mois, dont 80 milliards de bons du Trésor et 40 milliards de MBS (produits financiers adossés à des prêts immobiliers).

Une proposition d’un groupe d’élus républicains et démocrates du Congrès, lundi, a fait naître l’espoir que de nouvelles aides pourraient être distribuées bientôt aux ménages, entreprises et collectivités en difficulté.

Les restrictions d’activité mettent en grande difficulté des milliers de petites entreprises, au moment où plus de 12 millions d’Américains sans emploi sont menacés de perdre leurs aides au lendemain de Noël, lorsqu’expireront les mesures comprises dans le plan de relance adopté au printemps.