(Montréal) La firme de courtage Royal LePage prévoit une autre poussée des prix de l’immobilier au cours de la prochaine année au Canada qui se traduira dès le printemps par ce qu’elle qualifie de marché de vendeurs.

La Presse Canadienne

Dans une analyse dévoilée lundi, Royal LePage précise que la valeur médiane de tous les types de propriétés devrait augmenter de 5,5 % d’une année sur l’autre au pays pour s’établir à 746 100 $ en 2021. Le prix médian d’une maison détachée à deux étages et d’une copropriété augmentera de 6 % et de 2,25 %, respectivement.

La firme explique que la demande de logements a dépassé les attentes en seconde moitié de 2020 et que l’inventaire de propriétés à vendre n’a pu suivre le rythme, ce qui a stimulé la hausse des prix des propriétés et repoussé à 2021 la demande qui n’a pu être satisfaite.

La plus forte hausse de la valeur médiane des propriétés d’ici le quatrième trimestre de 2021 devrait survenir à Ottawa, de 11,5 %. Les autres hausses seront de 9 % à Vancouver, 7,5 % à Halifax, 6 % à Montréal et 5,75 % à Toronto.

Royal LePage fixe la valeur médiane des propriétés en 2021 à 514 900 $ dans la région de Montréal. Le prix médian d’une maison standard à deux étages devrait croître de 7 %, à 656 200 $, tandis que celui d’une copropriété devrait suivre une croissance plus modérée de 3,75 %, à 382 600 $.

Dominic St-Pierre, vice-président et directeur général de Royal LePage Québec, estime que le ralentissement de la demande à Montréal se manifestera lorsque la population sortira réellement du confinement provoqué par la crise de la COVID-19, soit lorsque les gens pourront recommencer à voyager et à pratiquer les activités régulières.

Malgré l’exode récent de nombreux Montréalais vers les banlieues, la demande sur l’île pour des résidences unifamiliales a atteint de nouveaux sommets en 2020. Cependant, l’inventaire de copropriétés à vendre devrait continuer d’augmenter, surtout près du centre-ville où l’on pourrait observer une stabilisation ou une légère diminution des prix.