(Paris) La Chine est devenue au troisième trimestre le premier partenaire commercial de l’Union européenne, doublant les États-Unis, une conséquence de l’épidémie de COVID-19, et du rebond rapide de l’activité chinoise.

Agence France-Presse

Sur les neuf premiers mois de l’année 2020, les échanges entre l’UE et la Chine ont ainsi atteint 425,5 milliards d’euros, contre 412,5 milliards d’euros entre l’UE et les États-Unis, selon les dernières données publiées par Eurostat.

Ils étaient respectivement de 413,4 milliards et 461 milliards d’euros sur la même période de 2019.

« Ce résultat est dû à une augmentation des importations ( “4,5 %) tandis que les exportations (vers la Chine, NDLR) sont restées inchangées », a relevé Eurostat, ajoutant que « durant cette même période de temps, le commerce avec les États-Unis a enregistré une baisse significative tant pour les importations (-11,4 %) que les exportations (-10,0 %) ».

Au total, le déficit de la balance commerciale entre l’UE et la Chine s’est creusé à 135,9 milliards d’euros sur les neuf premiers mois de 2020, contre 123,9 milliards sur la même période de 2019.

Si l’UE est déjà le premier partenaire commercial de la Chine depuis 2004-elle avait alors doublé le Japon - c’est « la première fois » que l’inverse est aussi vrai, c’est-à-dire que la Chine détrône les États-Unis vis-à-vis de l’Europe, a souligné l’Institut français de la statistique (Insee) mercredi dans une note de conjoncture.  

Avec un choc de l’épidémie de COVID-19 et une crise économique très forts durant le premier trimestre, l’économie chinoise est bien repartie et la consommation a même dépassé en octobre son niveau d’il y a un an, a détaillé l’Insee.

Sur le seul troisième trimestre, cette demande intérieure a stimulé les importations de produits européens en Chine, « en particulier dans les secteurs de l’automobile et des produits de luxe, mais aussi dans le secteur des télécommunications en prévision des sanctions américaines contre Huawei », a encore ajouté l’institut français.

Les exportations de la Chine vers l’Europe ont elles aussi progressé pendant l’été et le début de l’automne du fait d’une demande forte pour les équipements médicaux et les produits électroniques.

L’OMC avait ainsi souligné en octobre que la Chine avait exporté à elle seule près de 44 % des équipements de protection personnelle échangés dans le monde sur les six premiers mois de 2020.