Les Américains ont élu le démocrate Joe Biden comme leur prochain président. Comment cette décision va-t-elle affecter votre vie économique ? L’économie du Québec ? Vos placements ? Résumé en six points.

Vincent Brousseau-Pouliot Vincent Brousseau-Pouliot
La Presse

Que fera la Bourse américaine ?

Tous les investisseurs, les épargnants et les travailleurs (ex. : par l’entremise du Régime des rentes) ont de l’argent à la Bourse américaine. Mais bien malin qui pourrait prédire avec certitude ce qui arrivera à Wall Street d’ici quatre ans ! La firme Moody’s estimait que le programme électoral de Joe Biden serait meilleur pour la Bourse américaine (+ 3,8 % par an) que le programme de Donald Trump (+ 3,2 % par an), principalement parce que Joe Biden propose des investissements publics en infrastructures plus importants pour stimuler l’économie. Toutefois, les investisseurs se méfient des hausses d’impôt et de la réglementation plus serrée promises par Joe Biden.

Plus difficile d’attirer du talent étranger

Vous êtes cadre ou patron d’une entreprise au Québec et vous souhaitez attirer des travailleurs demandés de l’étranger ? Votre tâche deviendra plus difficile avec Joe Biden à la Maison-Blanche car les États-Unis auront des politiques d’immigration plus accueillantes que celles de l’administration Trump, autant pour les travailleurs que pour les étudiants universitaires. « La compétition pour attirer le talent va être plus forte », dit Robert Asselin, vice-président des politiques publiques au Conseil canadien des affaires. « Il y a eu une accélération de l’immigration au Canada [depuis quatre ans], et l’un des facteurs a pu être l’attrait moins important des États-Unis », dit Francis Généreux, économiste principal au Mouvement Desjardins.

Un Canada plus concurrentiel

L’administration Biden veut réglementer davantage les entreprises et hausser le taux d’imposition des entreprises de 21 % à 28 %. L’administration Trump, elle, avait beaucoup déréglementé et baissé les impôts de 35 % à 21 %. Actuellement, le fardeau fiscal est similaire au Canada et aux États-Unis (en comptant les provinces et les États). Si ces deux changements surviennent aux États-Unis, « les entreprises canadiennes deviendraient plus compétitives par défaut », dit Angelo Katsoras, analyste en géopolitique à la Banque Nationale.

Hydro-Québec regarde vers les États-Unis

Hydro-Québec a deux grands projets pour vendre de l’hydroélectricité aux Américains, l’un à New York, l’autre au Massachusetts. S’ils se concrétisent, Hydro-Québec espère faire éventuellement des profits sur ces projets qui seraient redistribués à l’État québécois. Joe Biden a promis de rendre les États-Unis plus verts sur le plan énergétique et d’avoir des cibles de réduction de gaz à effet à serre d’ici 2025. Est-ce un bon signal pour nos exportations d’hydroélectricité ? Oui, à long terme. « C’est positif. En même temps, les politiques de Trump ont amené des États comme New York à prendre des engagements plus fermes en matière d’environnement », dit le professeur Pierre-Olivier Pineau, titulaire de la Chaire de gestion du secteur de l’énergie à HEC Montréal. À court terme, si les deux projets ne démarrent pas, c’est parce qu’il faut obtenir une autorisation de passer la ligne de transport dans le Maine pour le projet au Massachusetts et signer un premier grand contrat d’approvisionnement pour démarrer le projet à New York. Et ça, Joe Biden ne peut rien y faire à court terme.

Les exportations du Québec

Quand l’économie américaine tousse, l’économie québécoise attrape le rhume, c’est bien connu. Peut-être que votre emploi dépend donc en partie des exportations québécoises aux États-Unis, puisque 71 % de nos exportations vont vers le pays de l’Oncle Sam. Donald Trump était résolument protectionniste. Joe Biden sera aussi protectionniste, mais son protectionnisme devrait être plus ordonné et dirigé vers la Chine plutôt que vers son voisin canadien. Les entreprises québécoises ne devraient toutefois pas s’attendre à bénéficier du plan « Buy American » de 700 milliards de Joe Biden. « Mais par rapport à la situation actuelle, ça ne change rien », dit Francis Généreux, économiste au Mouvement Desjardins. Et si vous travaillez dans l’industrie de l’aluminium, vous n’avez probablement pas à craindre des tarifs surprises de la part de l’administration Biden.

Avertissement : le Sénat pourrait jouer les trouble-fêtes

Joe Biden a un programme électoral ambitieux : une révolution verte, des programmes d’infrastructures, une hausse des impôts des entreprises et des particuliers gagnant plus de 400 000 $ par an. Pour réaliser une partie de ce programme, les démocrates devront contrôler le Sénat et ainsi gagner les deux sièges en Géorgie qui seront attribués dans une élection complémentaire en janvier. Les démocrates sont assurés du contrôle de la Chambre des représentants (l’une des deux chambres du Congrès, l’autre étant le Sénat), et Joe Biden fera son entrée à la Maison-Blanche le 20 janvier 2021.