Avec l’ajout d’un outil de recherche permettant de trouver des produits, le site québécois veut s’adapter pour les Fêtes

Antoine Trussart Antoine Trussart
La Presse

Le Panier bleu a ajouté mercredi un catalogue de 472 000 produits de 1500 commerçants à son site web. Les consommateurs pourront donc maintenant faire leurs recherches directement sur le site web pour trouver des produits d’entreprises québécoises.

« Le consommateur cherche plus des produits que des commerces », remarque Alain Dumas, directeur général du Panier bleu, en entrevue avec La Presse. La nouvelle mouture du Panier bleu n’est donc plus qu’un simple répertoire de commerces et devient une véritable « place de marché », précise-t-il.

À la différence d’autres sites reliant consommateurs et commerçants, il n’est pas possible de conclure la transaction directement sur le Panier bleu. Les consommateurs doivent faire leurs achats sur le site web du commerçant proposant le produit recherché. Le Panier bleu ne facture pas de frais aux commerçants ainsi mis de l’avant.

Collaboration avec Lightspeed

« On a toujours eu des liens avec Lightspeed », explique M. Dumas. La collaboration est née de discussions dans un chantier sur l’avenir du commerce de détail. Le Panier bleu a présenté ses projets et Lightspeed a accepté de collaborer gratuitement au développement de la nouvelle mouture du site.

« Il y a trop peu de présence en ligne au Québec et trop souvent le consommateur se retrouve à acheter sur Amazon, remarque Jean-Paul Chauvet, président de Lightspeed. Sur le Panier bleu, il n’y a pas que des clients Lightspeed, mais on a été les premiers et on rend l’expérience très facile pour le commerçant », ajoute-t-il.

« On se prépare pour le temps des Fêtes »

Le déploiement complet des nouvelles fonctionnalités du Panier bleu se fera en trois phases distinctes, avec pour objectif que tout soit prêt pour le magasinage des Fêtes. La phase actuelle vise à tester la nouvelle plateforme et entraîner l’outil de recherche afin de le rendre plus performant.

Ensuite, la deuxième phase est caractérisée par la « maturité de l’offre », selon M. Dumas. Il espère répertorier entre 2 et 3 millions de produits de 3000 commerçants.

Vers la fin novembre, la dernière phase vise à entraîner l’outil de recherche à favoriser le commerce de proximité et la cueillette en magasin plutôt que la livraison.

On veut sécuriser le client qui veut être sûr d’avoir son cadeau de Noël avant Noël.

Alain Dumas, directeur général du Panier bleu

M. Dumas s’attend à ce que le commerce en ligne soit particulièrement populaire cette année, ce qui pourrait engendrer des problèmes de délais de livraison.

Le Panier bleu dit travailler avec le Conseil canadien du commerce de détail et des chambres de commerce locales pour créer une expérience de cueillette en magasin qui soit la plus efficace et la plus agréable possible.

L’organisation a envoyé mardi un courriel aux 9000 commerçants déjà présents sur son site pour les inviter à rendre leurs produits disponibles dans les prochaines semaines.

Le Panier bleu a été lancé le 5 avril dernier. Le gouvernement du Québec y a investi 975 000 $ à son lancement, puis 3,15 millions en septembre dernier.

Le directeur du Panier bleu ne peut avancer de chiffres pour le coût du projet, puisqu’il est encore en développement. Il affirme que le dernier financement était nécessaire et qu’il servira aussi à mettre sur pied des campagnes publicitaires cette année et différents projets d’ici décembre 2021.