(Washington) L’activité économique aux États-Unis s’est améliorée au cours de l’été, de même que l’emploi, mais à un rythme ralenti et les niveaux restent très inférieurs à ceux d’avant la pandémie, selon une enquête de la Banque centrale publiée mercredi.

Agence France-Presse

« L’activité économique a augmenté dans la plupart des (régions), mais les gains sont généralement modestes et l’activité reste bien inférieure à ses niveaux d’avant la pandémie », relève la Réserve fédérale américaine dans son Livre beige, une enquête réalisée périodiquement auprès des entreprises du pays.

Elle alerte également sur le fait que beaucoup de licenciements temporaires deviennent permanents, la demande restant faible. Les entreprises de plusieurs régions ont ainsi fait état d’un « ralentissement de la croissance de l’emploi et (d’) une volatilité en hausse des embauches, particulièrement dans les services ».

Malgré cette situation, les entreprises interrogées par la Fed ont pourtant « toujours du mal à trouver la main-d’œuvre nécessaire ».

En cause, la difficulté à trouver une place en crèche, « ainsi que l’incertitude qui entoure l’année scolaire qui débute (beaucoup d’écoles offrant des cours uniquement en virtuel, NDLR) et sur les allocations chômage ».

En effet, une aide supplémentaire aux chômeurs, de 600 dollars par semaine, avait été adoptée par l’administration Trump et le Congrès fin mars, mais a pris fin le 31 juillet.

La Maison-Blanche et les élus démocrates du Sénat et de la Chambre des représentants tentent depuis plus d’un mois de se mettre d’accord pour la prolonger, dans le cadre d’un nouveau plan d’aide économique, en vain pour le moment.

Donald Trump a signé un décret permettant aux États qui le souhaitent de maintenir une aide supplémentaire, mais d’un montant inférieur.