(Washington) L’économie américaine a créé 1,8 million d’emplois en juillet, un chiffre très inférieur à celui du mois de juin, le redémarrage de l’activité ayant été ralenti par la résurgence du virus dans une large partie du pays, a annoncé vendredi le département du Travail.

Agence France-Presse

Le mois de juin avait enregistré un record, avec 4,8 millions de créations d’emplois.

En juillet, un tiers environ des emplois créés l’ont été dans les secteurs des loisirs et de l’hébergement, touchés de plein fouet par la pandémie de COVID-19.

Quant aux restaurants et bars, également très affectés, ils ont créé 502 000 emplois, en net ralentissement par rapport aux mois de mai et juin au cours desquels un total de 2,9 millions d’emplois avaient été créés. On compte dans ce secteur, 2,6 millions d’emplois de moins qu’en février, avant le « Grand confinement ».  

Les autres secteurs qui ont créé des emplois sont l’administration, le commerce de détail, les services aux entreprises, et la santé, précise le département du Travail dans un communiqué.

Le taux de chômage de juillet diminue quant à lui un peu plus que prévu, et s’établit à 10,2 % quand les analystes tablaient sur 10,5 %. En juin, il était de 11,1 %.

Ce taux reste toutefois toujours loin du plus bas historique d’avant la pandémie de COVID-19 enregistré en février (+3,5 %).

Les licenciements enregistrés en mars et en avril ont été si massifs que les créations d’emplois enregistrées en mai et juin laissent encore des dizaines de millions d’Américains sans travail.

La résurgence du virus à partir du mois de juin dans une large partie du pays a contraint plusieurs États du Sud et de l’Ouest à mettre un frein au redémarrage de l’activité.

Des commerces et restaurants, qui avaient rouvert quelques semaines auparavant, ont dû fermer de nouveau leurs portes et souvent licencier des salariés qu’ils venaient d’embaucher ou réembaucher.  

En conséquence, les nouvelles inscriptions au chômage étaient même reparties à la hausse pendant deux semaines fin juillet, pour la première fois depuis avril.