(Washington) Les inscriptions au chômage sont reparties à la baisse aux États-Unis, après deux semaines de hausse à cause de la nouvelle flambée de cas de COVID-19 dans le pays, selon les chiffres publiés jeudi par le département du Travail.

Agence France-Presse

Entre le 26 juillet et le 1er août, 1,19 million de personnes se sont inscrites au chômage, en baisse par rapport au 1,43 million de la semaine précédente. Les analystes attendaient 1,4 million de nouvelles inscriptions.

Les inscriptions hebdomadaires au chômage, en baisse constante depuis le pic de 6,6 millions de nouvelles demandes enregistré fin mars, étaient reparties à la hausse mi-juillet.

Le taux de chômage du mois de juillet sera annoncé vendredi, alors que le pays connaît, depuis fin juin, une flambée de nouveaux cas de COVID-19, qui a poussé plusieurs États de l’Ouest et du Sud à refermer commerces et restaurants.

Ces fermetures « à répétition […] restent une menace pour le marché du travail, qui est déjà faible. La possibilité de licenciements qui pourraient devenir permanents est élevée », souligne Rubeela Farooqi, de High Frequency Economics.

Et les millions de chômeurs américains doivent désormais faire face à la perte, depuis le début du mois, d’une aide supplémentaire de 600 dollars par semaine.

Mise en place par l’administration Trump et le Congrès fin mars, face à la pandémie, elle complète les allocations chômage classiques, versées par chaque État et dont le montant et la durée sont variables.

Une prolongation de plusieurs mois de cette aide est négociée par les élus du Congrès, qui peinent à trouver un terrain d’entente.

Au total, 32 millions de personnes en bénéficiaient mi-juillet. À la même époque l’an passé, 1,7 million d’Américains touchaient une aide pour le chômage.

Les États-Unis, de loin le pays le plus touché par le virus, peinent à contenir la pandémie.