(Washington) Le secteur privé aux États-Unis a créé 167 000 emplois en juillet, un rythme très ralenti par les fermetures de commerces et restaurants dans une large partie du pays, où les cas de coronavirus sont repartis à la hausse, selon l’enquête de la firme de services aux entreprises ADP publiée mercredi.

Agence France-Presse

C’est également bien moins qu’attendu par les analystes, qui tablaient sur 1,6 million d’emplois créés.

« La reprise du marché du travail s’est ralentie au mois de juillet », a déclaré Ahu Yildirmaz, co-directeur de l’ADP Research Institute, cité dans un communiqué.

« Nous avons vu le ralentissement affecter les entreprises de toutes tailles et secteurs », a-t-il ajouté.

Le secteur privé avait de nouveau créé des emplois en mai et juin, 3,06 millions et 2,4 millions respectivement.

L’économie américaine avait alors entamé un lent redressement, plusieurs États ayant assoupli les mesures de confinement. Mais les cas de COVID-19 sont repartis en forte hausse au début de l’été, contraignant une large partie du pays à refermer ses commerces et restaurants.

Les inscriptions au chômage sont même reparties à la hausse depuis le milieu du mois de juillet, pour la première fois depuis fin mars.

Près de 23 millions d’emplois privés avaient été détruits en mars et avril, lorsque le confinement massif avait mis un coup d’arrêt brutal à l’économie.

Les chiffres de l’ADP sont surveillés de près parce qu’ils sont vus comme un précurseur des chiffres de l’emploi diffusés par le gouvernement.

Le rapport officiel sera publié vendredi et les analystes tablent sur 2 millions d’emplois créés et un taux de chômage en baisse, à 10,5 % contre 11,1 % en juin.

Sous l’effet des mesures de confinement, le taux de chômage est passé en deux mois de 3,5 %, son niveau le plus faible depuis 50 ans, à 14,7 % en avril, son plus haut depuis 80 ans.

La pandémie a fait perdre leur emploi à des millions d’Américains.