(Ottawa) Les libéraux fédéraux doivent expliquer mercredi quel effet, selon eux, la pandémie de COVID-19 aura sur les finances publiques pour l’exercice financier.

La Presse canadienne

Le ministre des Finances, Bill Morneau, doit présenter ce que le gouvernement a appelé un « portrait » de l’économie et des finances publiques. Les libéraux avaient régulièrement offert des mises à jour aux députés sur les dépenses totales en aide d’urgence. Au dernier décompte, ces dépenses exceptionnelles s’élevaient à plus de 174 milliards, mais le gouvernement n’a pas encore chiffré le déficit de l’exercice financier.

Le bureau du Directeur parlementaire du budget a laissé entendre que le déficit pourrait atteindre 252 milliards. D’autres estimations, du secteur privé, évoquent la possibilité d’un déficit de 300 milliards.

Les partis d’opposition ont déclaré qu’ils s’attendaient à ce que M. Morneau fournisse un plan pour remodeler les mesures d’aide d’urgence qui devraient expirer à l’automne et pour maintenir les dépenses et les déficits sous contrôle.

En conférence de presse mercredi matin, quelques heures avant la mise à jour de M. Morneau, le chef conservateur, Andrew Scheer, a déclaré que les libéraux avaient mal géré la pandémie de COVID-19 en tardant à fermer les frontières et en instituant des programmes d’aide d’urgence trop restrictifs.

Le Canada ne peut pas non plus permettre aux libéraux de mal gérer l’économie, a-t-il dit, en maintenant des programmes d’aide qui n’incitent pas les Canadiens à retourner au travail, alors que le coronavirus demeure un risque. « S’il n’y a aucun plan aujourd’hui, s’il n’y a aucune mesure pour améliorer les trous dans les programmes, comme la PCU, ce sera une opportunité manquée très, très grave », a-t-il dit.

« Nous sommes le seul pays du G7 sans un plan pour appuyer l’économie en sortant de la pandémie […] C’est inexcusable : il n’y a aucun budget cette année, nous sommes au mois de juillet, et on a besoin d’un plan pour soutenir la réouverture de l’économie. »

M. Scheer estime que les libéraux devraient accepter d’offrir, comme le proposent les conservateurs, une « prime de retour au travail ». Le gouvernement devrait aussi, selon lui, verser plus d’argent à la vérificatrice générale afin que son bureau puisse étudier de plus près les dépenses du gouvernement.

Une baisse sans précédent de la production économique et de l’emploi, qui réduira les recettes fiscales du gouvernement cette année, contribue également à alimenter le déficit.

Le document de M. Morneau doit également fournir la vision du gouvernement pour l’économie des prochains mois. Le ministre des Finances a prévenu que le document ne comportera pas de prévisions quinquennales qui font traditionnellement partie des budgets fédéraux, en raison de la voie incertaine que prendra la pandémie.

La Banque du Canada croit que l’économie a évité le pire des scénarios qu’aurait pu produire la COVID-19, mais qu’elle est toujours en difficulté cette année. Le mois dernier, la banque centrale a mis à jour ses prévisions de PIB, évoquant une baisse entre 10 et 20 % au deuxième trimestre par rapport au quatrième trimestre de 2019. Il s’agit d’une amélioration comparativement à la baisse de 15 à 30 % affichée dans le pire scénario de la banque en avril, au cœur de la pandémie.

La Banque du Canada doit de nouveau mettre à jour ses prévisions la semaine prochaine, lorsqu’elle publiera un rapport sur la politique monétaire ainsi qu’une annonce de taux.