(Vancouver) Les ventes d’habitations dans la région de Vancouver ont poursuivi en mai leur forte baisse d’une année à l’autre, en raison des mesures de confinement et des exigences de distanciation physique.

La Presse canadienne

La chambre immobilière du Grand Vancouver a indiqué que les ventes résidentielles s’étaient chiffrées à 1485 en mai, une baisse de près de 44 % par rapport à celles du mois de mai 2019. Il s’agit en outre d’un chiffre inférieur de 54 % à la moyenne décennale pour le mois de mai.

Cependant, les chiffres marquent une augmentation notable par rapport aux 1109 ventes d’habitations enregistrées en avril, le total le plus bas pour ce mois depuis 1982.

Selon la présidente de la chambre immobilière, Colette Gerber, les acheteurs et les vendeurs sont de plus en plus à l’aise pour surmonter les obstacles physiques, et les interactions virtuelles sont plus importantes que jamais.

Les prix des maisons dans le Grand Vancouver demeurent stables malgré la récession déclenchée par la pandémie de COVID-19.

La chambre immobilière a indiqué que les propriétés résidentielles s’étaient vendues en moyenne au prix de 1,03 million en mai, un montant pratiquement inchangé par rapport à celui du mois d’avril et en hausse de 2,9 % par rapport à celui de mai 2019.