(Toronto) Les ventes de maisons ont diminué de 69 % au cours des 17 premiers jours d’avril, par rapport à la même période il y a un an, l’épidémie de COVID-19 ayant freiné l’activité du marché, a indiqué mercredi la chambre immobilière de la région de Toronto.

La Presse canadienne

Dans une mise à jour inhabituelle de mi-mois, le président de la chambre, Michael Collins, a indiqué que l’incertitude au sujet des emplois et de l’économie avait contribué à la baisse, tout comme les mesures de distanciation physique, qui rendent l’achat d’une maison plus difficile.

Les ventes, qui se dénombraient à 1654 propriétés, ont diminué davantage dans le segment des copropriétés, qui attire une forte proportion de premiers acheteurs, qui ont souvent plus de souplesse dans le choix du moment de leur achat. Les ventes de maisons individuelles haut de gamme dans la ville de Toronto ont également enregistré des baisses importantes.

La chambre immobilière a souligné que les nouvelles inscriptions avaient baissé de 63,7 % à 3843, ce qui laisse les conditions du marché suffisamment tendues pour soutenir le prix de vente moyen près de son niveau de 2019.

Le prix de vente moyen a baissé de 1,5 % à 819 665 $, l’incertitude générale et le type de propriétés vendues ayant affecté la moyenne.

La chambre immobilière a précisé que le marché pourrait voir une baisse des prix moyens d’une année à l’autre au cours du deuxième trimestre. Elle s’attend cependant à ce que le prix moyen pour l’ensemble de l’année reste proche du niveau de 2019 en raison de la baisse globale du volume des ventes prévu au cours du trimestre.