(Santiago du Chili) L’Amérique latine va connaître cette année la pire récession de son histoire, avec une chute attendue de 5,3 % du PIB à cause des conséquences de la pandémie sur les économies de la région, a annoncé mardi une agence des Nations unies.

Agence France-Presse

« La crise qui secoue la région en cette année 2020, avec une chute du PIB de 5,3 %, sera la pire de toute son histoire », estime la Commission économique pour l’Amérique latine et les Caraïbes (CEPALC), une agence des Nations unies basée à Santiago.  

« Pour trouver une contraction d’une ampleur comparable, il faut remonter à la Grande Dépression de 1930 (-5 %) ou à 1914 (-4,9 %) », ajoute-t-elle, mettant à jour ses prévisions économiques pour la région dans le contexte de crise sanitaire mondiale.

Selon les projections de la CEPALC, tous les pays d’Amérique latine, sauf la République dominicaine, dont le PIB sera égal à zéro, vont se contracter en 2020. Le Venezuela, avec un effondrement de son économie de 18 %, est en queue du peloton régional, suivi de l’Argentine, du Mexique et de l’Équateur, avec une chute du PIB de 6,5 %.

Après l’irruption du coronavirus, l’Amérique latine et les Caraïbes ont subi « une réduction du commerce international, la chute des prix des matières premières […], un durcissement des conditions financières mondiales, une baisse de la demande des services touristiques et une réduction des “remesas” », l’envoi d’argent par des proches installés à l’étranger, souligne l’agence onusienne.

La CEPALC prévoit également une forte hausse du chômage, avec près de 11,6 millions de nouveaux chômeurs à cause de cette crise sanitaire, et une augmentation des indicateurs de pauvreté.  

Les exportations dans la région vont également connaître une réduction de 15 %.  

« Il est urgent d’accéder à des ressources financières en se basant sur un soutien flexible des organismes financiers multilatéraux, accompagné de lignes de crédit à bas coût, d’un allègement du service de la dette et d’éventuelles annulations », a déclaré la secrétaire exécutive de cet organisme, Alicia Barcena, en présentant le rapport.

Début avril, la CEPALC avait déjà estimé que l’Amérique latine entrait dans une période de « profonde récession » économique, avec un recul du Produit intérieur brut (PIB) pouvant osciller en 2020 entre 1,8 % et 4 %.

La pandémie de COVID-19 frappe de plein fouet les économies des pays de la région qui faisaient déjà face à une situation économique difficile, affichant une croissance du PIB d’à peine 0,1 % en 2019.