(Ottawa) Le ministre des Finances Bill Morneau soutient que le gouvernement fédéral utilisera tous les leviers fiscaux et budgétaires à sa disposition pour permettre au pays de traverser la sévère tempête économique qui secoue la planète entière.

Joël-Denis Bellavance Joël-Denis Bellavance
La Presse

Alors que les marchés boursiers encaissaient lundi de lourdes pertes et que les prix du pétrole dégringolaient – des secousses économiques provoquées par le coronavirus et la décision de l’Arabie saoudite de réduire de façon marquée le prix de son or noir en augmentant sa production –, le ministre des Finances a ouvert toute grande la porte à présenter dans les prochains jours des mesures de soutien aux entreprises, aux travailleurs et même aux provinces qui sont touchés par la crise.

Ce faisant, M. Morneau a tenu à réaffirmer qu’Ottawa a les reins solides sur le plan financier pour affronter la crise même si gouvernement Trudeau accumule les déficits depuis son arrivée au pouvoir, rappelant que le ratio de la dette par rapport à la taille de l’économie est le plus faible des pays membres du G7.

Résultat : le déficit pourrait augmenter de façon importante si le prix des matières premières ne remonte pas et si les effets néfastes du coronavirus se prolongent.

Il a toutefois soigneusement évité d’utiliser le terme « récession » comme conséquence inéluctable de la crise, alors que le Parti conservateur n’hésitait pas à le faire à la Chambre des communes en critiquant la gestion des finances publiques du gouvernement Trudeau depuis 2015.

Dans l’immédiat, le ministre a indiqué que le gouvernement fédéral veut s’assurer que le système de santé dans les différentes provinces soit en mesure de tenir le coup alors que le coronavirus commence à se propager au Canada et aux États-Unis. Le Canada a enregistré lundi le premier décès d’une personne contaminée par le virus en Colombie-Britannique.

Le grand argentier du pays n’a pas écarté l’idée d’augmenter les transferts aux provinces pour la santé si cela s’impose. Il a indiqué que sa collègue à la Santé, Patty Hadju, est en constante communication avec ses homologues provinciaux afin de s’assurer que tout soit mis en œuvre pour contenir le coronavirus.

M. Morneau a tenu ces propos alors qu’il est contraint de revoir ses projections économiques de son prochain budget, qui devrait être déposé au printemps. Devant les journalistes, il a refusé de dévoiler la date du budget. Le gouvernement du Québec doit déposer le sien mardi, tandis que l’Ontario doit en faire autant jeudi.