(Montréal) La Chambre des représentants s’intéresse maintenant au contrat de vente d’électricité d’Hydro-Québec à l’État du Massachusetts pour une période de 20 ans.

Hélène Baril Hélène Baril
La Presse

Le président du Comité des voies et moyens demande à la Commission du commerce international des États-Unis une enquête sur l’impact des importations canadiennes d’électricité, possiblement pour savoir si des tarifs pourraient être imposés sur l’électricité du Québec.

Dans sa demande officielle, le président du Comité des voies et moyens, Richard Neal, avance que la mise hors service de centrales nucléaires et au charbon par le Massachusetts au cours des dernières années a causé une augmentation des tarifs d’électricité qui nuit à la compétitivité des entreprises de l’État.

Il réclame un examen des initiatives des États de la Nouvelle-Angleterre et du Massachusetts en matière d’énergie renouvelable et de leurs impacts prévus sur les tarifs d’électricité.

Le président du comité veut aussi une description complète du contrat conclu entre Hydro-Québec et le Massachusetts, notamment de la quantité d’énergie en cause, de son prix et des investissements nécessaires pour la réalisation de l’entente, de même que ses répercussions sur les émissions de gaz à effet de serre.

Hydro-Québec et le Massachusetts affirment que ce contrat permettra à la fois de réduire le coût de l’électricité en Nouvelle-Angleterre et d’améliorer le bilan de la région en matière d’émissions de gaz à effet de serre.

Il n’a pas été possible d’obtenir une réaction de leur part, jeudi.