(Ottawa) L’endettement des ménages a augmenté au troisième trimestre, tout comme leur valeur nette des ménages, a indiqué vendredi Statistique Canada.

La Presse canadienne

Sur une base désaisonnalisée, le total des emprunts a augmenté à 28,5 milliards pour le trimestre, contre 21,7 milliards au trimestre précédent, a précisé l’agence fédérale.

Les ménages canadiens doivent ainsi en moyenne 1,759 $ pour chaque dollar de revenu, en hausse par rapport à 1,754 $ au trimestre précédent — un chiffre qui a été révisé à la baisse par rapport à celui de 1,771 $ d’abord rapporté. Même s’il est en hausse par rapport au trimestre précédent, ce ratio reste inférieur au record de 1,785 $ atteint au premier trimestre de 2017.

Le ratio du service de la dette des ménages, qui mesure le montant du revenu consacré au paiement des intérêts et du capital, est passé de 14,82 % à 14,96 %.

Robert Hogue, économiste principal à la Banque Royale, a noté que le ratio de service était à son plus haut niveau et qu’avec la nouvelle accélération de la dette hypothécaire, il ne croyait pas que la dette des ménages allait disparaître de la liste des principales vulnérabilités de l’économie.

L’économiste de la TD, Ksenia Bushmeneva, a souligné que la hausse des valeurs des actions et des prix des maisons avait contribué à faire augmenter la valeur nette des ménages pour un troisième trimestre consécutif — elle a progressé de 0,9 % au cours du trimestre. Mme Bushmeneva a également estimé que le ratio du service de la dette devrait diminuer au cours de la nouvelle année.