(Ottawa) Le Canada a enregistré en octobre un déficit commercial de 1,1 milliard de dollars canadiens, en léger recul par rapport à septembre, avec un rebond des exportations, notamment des œuvres d’art à destination des États-Unis, a annoncé jeudi l’institut national de la statistique.

Agence France-Presse

Après avoir fléchi en septembre, les exportations sont reparties à la hausse (+0,8 %) en octobre, à 49,9 milliards de dollars, entraînées par les ventes à l’étranger d’œuvres d’art, de pétrole et d’or, a indiqué Statistique Canada dans un communiqué.

De leur côté, les importations ont progressé de 0,5 % à 51 milliards de dollars en octobre, avec une augmentation des achats de pétrole brut.

Quatrième producteur mondial de pétrole, le Canada importe néanmoins de l’or noir pour alimenter des marchés de l’est du pays, non desservis par les oléoducs en provenance de l’ouest.

Statistique Canada a par ailleurs révisé à la hausse le déficit enregistré en septembre, ce dernier passant à 1,2 milliard de dollars plutôt que les 978 millions de dollars annoncés initialement.

En octobre, les importations de voitures, en provenance principalement des États-Unis, ont affiché une cinquième baisse mensuelle consécutive et leur plus faible valeur observée en 2019, en raison notamment de la grève qui a affecté des sites du constructeur General Motors.

Les exportations vers les États-Unis, principal partenaire commercial du Canada, ont augmenté en octobre,  tandis que les importations diminuaient. Statistique Canada note une hausse des exportations d’œuvres d’art, comme des peintures et des sculptures, qui étaient destinées à une vente aux enchères à New York. Par conséquent, l’excédent du Canada avec les États-Unis s’est élargi, atteignant 5,5 milliards de dollars, montant le plus élevé depuis la crise financière de 2008.

Avec le reste du monde, le Canada a, en revanche, vu son déficit commercial se creuser à 6,6 milliards de dollars en octobre, en raison d’une augmentation des importations, notamment de produits pharmaceutiques en provenance de Belgique et de Suisse, ainsi que de camions léger du Mexique.

Les exportations vers la Chine ont diminué de 19 % en octobre, soit la baisse la plus forte enregistrée depuis 2012. Cette chute s’explique en grande partie par la décision de la Chine de bloquer les achats de colza canadien suite à la crise diplomatique qui a éclaté entre les deux pays après l’arrestation il y a un an à Vancouver d’une responsable du géant chinois des télécoms Huawei, à la demande des États-Unis.