(Calgary) Le gouvernement de l’Alberta laissera ses quotas de production de pétrole inchangés en janvier pour s’ajuster aux conséquences persistantes du retard dans le transport de pétrole attribuable à la grève de CN, et à la fermeture temporaire du pipeline Keystone dans la foulée d’un déversement dans le Dakota du Nord.

La Presse canadienne

Un porte-parole de la ministre de l’Énergie, Sonya Savage, a indiqué aux producteurs que le plafond de production pour janvier resterait à 3,81 millions de barils par jour, soit le même niveau qu’en décembre, après plusieurs mois consécutifs d’assouplissement des quotas.

Le gouvernement néo-démocrate précédent avait mis en place des plafonds de production depuis le mois de janvier afin de mieux faire correspondre les niveaux d’approvisionnement à la capacité des pipelines et de réduire les rabais sur les prix du pétrole albertain, plus importants que d’habitude en raison des niveaux élevés des stocks.

Le programme de réduction devait expirer à la fin de 2019, mais le gouvernement conservateur uni l’a prolongé jusqu’en 2020, tout en augmentant progressivement les volumes de production. Les quotas ne concernent désormais que les 16 plus grands producteurs.

La province a récemment annoncé que la production de pétrole à partir de nouveaux puits conventionnels ne serait pas assujettie aux réductions, et que les producteurs qui ajoutaient une capacité de transport de pétrole brut par rail pouvaient également produire davantage.

Les exportations de pétrole brut canadien par chemin de fer ont atteint 310 600 barils par jour en septembre, ce qui restait inférieur au record de 353 800 barils par jour établi en décembre 2018.