(Washington) Le Comité monétaire de la Fed s’est montré unanimement très défavorable à l’instauration de taux d’intérêt négatifs aux États-Unis, contrairement à ce que réclame le président Donald Trump, révèle mercredi un compte-rendu de la précédente réunion monétaire.

Agence France-Presse

« Tous les participants trouvent qu’actuellement, les taux négatifs ne sont pas un outil de politique monétaire intéressant pour les États-Unis », écrivent les minutes de la réunion du 30 octobre.

Les membres de la Fed doutent aussi de l’efficacité économique des taux négatifs dans les pays qui les pratiquent comme en Europe ou au Japon.

« Les participants trouvent […] que les preuves que les taux négatifs à l’étranger ont un effet bénéfique sont ambivalentes », dit le compte-rendu de cette réunion.

La question des taux négatifs n’a pas été spécialement d’actualité pour l’économie américaine alors que l’activité affiche encore une croissance de 1,9 % en rythme annuel au troisième trimestre.

Mais les membres de la Fed s’en sont saisis au cours de la réunion vu les nombreuses fois où le président Donald Trump a réclamé à cor et à cri de faire baisser le coût du crédit jusqu’en territoire négatif.

Le président américain, mécontent du différentiel des taux d’intérêt entre les États-Unis et les pays à taux négatifs qui pénalise le dollar en le rendant plus fort, demande haut et fort depuis des mois des taux à zéro voire négatifs, même si la croissance américaine est quasiment deux fois supérieure à celle de la zone euro.

Le Comité monétaire de la Banque centrale a ainsi assez longuement développé ses contre arguments dans ce compte-rendu.

Il s’interroge si les banques continueraient de prêter et si les consommateurs ne mettraient pas un frein à leurs projets de dépenses en cas d’argent rémunéré à perte.

Ils soulignent aussi que des taux négatifs « présentent le risque d’introduire des distorsions dans le système financier » américain qui « est considérablement différent de celui des pays qui pratiquent les taux négatifs ».

Le Comité n’exclut pas toutefois de reconsidérer un jour cet outil de taux négatifs « si les circonstances l’exigent », en cas de récession notamment.

Au cours de cette réunion monétaire du 30 octobre, la Fed avait abaissé ses taux au jour le jour pour la troisième fois en trois mois pour les fixer entre 1,50 % et 1,75 %.

Mais pour la suite, Jerome Powell, le patron de la Fed, a clairement indiqué une pause dans ces baisses de taux.

Certains membres du Comité auraient d’ailleurs voulu que le communiqué officiel soit plus clair sur cette question, déclarant « improbable » une nouvelle baisse des taux à court terme « à moins d’un considérable ralentissement de l’économie ».

Cette dernière décision de baisser les taux, dans un geste d’assurance contre les risques liés au commerce et au ralentissement de la croissance mondiale, n’avait déjà pas fait l’unanimité au sein du Comité.

Deux membres avaient voté contre et les minutes révèlent que deux autres participants, pourtant favorables à la décision, ont trouvé que la nouvelle baisse était « une décision limite ».

La prochaine réunion monétaire de la Fed est prévue les 10 et 11 décembre, et les marchés s’attendent à un statu quo du côté monétaire.