(Washington) Une responsable de la Réserve fédérale américaine (Fed), Lael Brainard, a estimé mercredi qu’après les trois baisses de taux d’intérêt cette année, il fallait patienter afin de mesurer l’effet à retardement sur l’économie de ces réductions du coût du crédit.

Agence France-Presse

Dans un entretien sur la chaîne d’informations financières CNBC, Mme Brainard, gouverneure à la Fed, a rappelé que la Banque centrale avait « procédé à un ajustement substantiel de la trajectoire des taux au cours des dernières réunions ».

« Il faudra un certain temps pour que cela se répercute sur l’économie », a-elle prévenu disant vouloir « surveiller et évaluer comment l’économie réagit à ces baisses de taux » avant de se prononcer sur les décisions à venir.

La responsable a noté que les investissements résidentiels s’étaient déjà améliorés depuis que la Fed a commencé sa détente monétaire, mais elle a répété qu’elle souhaitait « attendre un peu » avant que la banque centrale apporte de nouveaux changements au niveau des taux.

Mais les risques pour les perspectives économiques américaines penchent toujours plutôt « du mauvais côté », a-t-elle ajouté, rappelant le conflit commercial et le ralentissement de la croissance mondiale.

La Chine et les États-Unis sont engagés dans un bras de fer commercial depuis près de deux ans. Les deux parties ont assuré avoir fait des progrès notables et le président Trump a fait miroiter  la signature d’un accord de « phase 1 » en novembre, qui n’a pas été confirmée.

« Je ne pense pas qu’on s’attende à un accord majeur, mais même une trêve équivaudrait à une réduction significative de l’incertitude pour beaucoup d’entreprises dans le pays qui restent à l’écart en terme d’investissement », a ajouté la gouverneure de la Banque centrale.

Mardi, Donald Trump a, lui, menacé Pékin d’une nouvelle hausse des tarifs douaniers visant les produits chinois si aucun accord n’était trouvé pour mettre fin à la guerre commerciale.