(Montréal) Après deux trimestres de croissance plus faible, en fin d’année 2018 et en début d’année 2019, l’économie canadienne a repris du mieux lors du deuxième trimestre, confirme Statistique Canada dans son compte rendu de conjoncture économique en mi-année, publié lundi.

Martin Vallières Martin Vallières
La Presse

Parmi les principaux constats de l’agence fédérale : 

– La croissance du PIB de l’économie canadienne s’est accélérée de 0,1 % en début d’année à 0,9 % en fin de deuxième trimestre. Entre autres, la production de biens a affiché sa progression la plus rapide en deux ans, alors que la demande intérieure (consommation et investissements) subissait une deuxième baisse depuis les trois derniers trimestres.

– La croissance des dépenses des ménages en mi-année 2019 a ralenti à son plus bas niveau en sept ans. Les dépenses liées au commerce de détail ont progressé à un rythme plus modéré, alors que l’inflation des prix à la consommation était en légère augmentation.

– La construction d’habitations et les investissements dans les immeubles résidentiels ont rebondi en mi-année, après avoir affiché cinq baisses trimestrielles consécutives. Entre autres, la baisse des mises en chantier en Ontario a été principalement contrebalancée par des augmentations en Colombie-Britannique et au Québec.

PHOTO PATRICK SANSFAÇON, LA PRESSE

– Le raffermissement du marché du travail et la hausse de la rémunération se sont accentués en mi-année. C’était soutenu surtout par la croissance de l’emploi à temps plein dans le secteur privé, parmi les jeunes travailleurs (18-24 ans) et les plus âgés (55 ans et plus).

– Le niveau d’activité des industries productrices de biens s’est raffermi au deuxième trimestre, après deux baisses trimestrielles consécutives. En contrepartie, la baisse des investissements des entreprises (- 4,3 % au 2e trimestre) a pesé sur la croissance économique en mi-année.

– Le volume des biens exportés du Canada s’est accru de 3,7 % au deuxième trimestre, après avoir diminué de 1,3 % au premier trimestre. Par conséquent, après avoir enregistré un déficit sans précédent de 5 milliards à la fin de 2018, le déficit du commerce de marchandises s’est inversé en un surplus de 460 millions en mai, à son niveau le plus élevé depuis la fin de 2016.

Consultez le document intitulé Développements récents de l’économie canadienne : automne 2019 publié lundi par Statistique Canada.