L’économie du Québec fait clairement bande à part. Des données publiées hier font état de la plus longue croissance continue depuis 22 ans, pendant que l’économie vivote ailleurs dans le monde. Que se passe-t-il ?

Francis Vailles Francis Vailles
La Presse

« Il se passe de quoi. »

Vous connaissez cette expression ? Je sais, elle est très familière. Dans le langage courant des Québécois, elle traduit un phénomène qui est étonnant, étrange.

« Il se passe de quoi », ce sont les mots qu’a utilisés l’économiste Marc Pinsonneault, de la Banque Nationale, pour décrire la vigueur renversante de l’économie du Québec, comme l’indiquent des données publiées hier.

L’indice phare, le produit intérieur brut (PIB), a enregistré une croissance pour le 10e mois d’affilée en juillet (le mois le plus récent disponible). Jamais n’y a-t-il eu une période de croissance continue aussi longue depuis que l’Institut de la statistique du Québec (ISQ) publie de telles données, en 1997. C’était il y a 22 ans.

Plus précisément, le PIB a crû au rythme annuel de 3,4 % pendant cette période, après soustraction de l’inflation. Non seulement cette croissance est-elle très solide, mais en plus, elle est deux fois supérieure à celle qui a été observée dans l’ensemble du Canada (1,5 %).

Ces derniers mois, voire ces dernières années, plusieurs croyaient que le boom au Québec était une anomalie, un accident de parcours, d’autant que la plupart des autres économies du Canada et du globe vivotent. Mais voilà, la vigueur ne démord pas au Québec.

Si l’on prend seulement l’année 2019, le rythme annuel de croissance du PIB est de 2,8% au Québec, contre 2,6% aux États-Unis, 1,7% au Royaume-Uni, 1,4% au Canada, 1,4% en France et 0,6% en Allemagne (1). Bref, on est au sommet des économies occidentales. 

L’économiste Hélène Bégin, du Mouvement Desjardins, se dit fort étonnée, surtout dans le contexte de ralentissement mondial, qui freine nos exportations. « Ça reste tellement fort au Québec. Les mauvaises nouvelles mondiales ne semblent pas avoir encore d’impact sur nous. C’est comme si le Québec était une île déserte », dit-elle.

Que se passe-t-il au juste ?

D’abord, le Québec n’a plus à subir de douloureuses compressions budgétaires, comme c’est le cas en Ontario et en Alberta, par exemple. Cette semaine, les Albertains ont appris que le gouvernement Kenney réduira les dépenses publiques de 0,7 % par année pendant quatre ans pour atteindre le déficit zéro. Des emplois seront supprimés, des salaires seront gelés, les droits de scolarité seront dopés.

Chez nous, l’ère d’austérité est passée et, quoi qu’on en dise, elle fut moins cruelle que celle qu’affrontent les Albertains et les Ontariens. En comparaison, les dépenses au Québec n’ont pas été réduites pendant les trois années difficiles (2013-2016), contrairement à l’Alberta, elles ont plutôt augmenté de 1,8 % par année, en moyenne. Et depuis, l’État a réinvesti dans l’économie et baissé les impôts.

Autres facteurs : l’immobilier et l’énergie. L’Alberta, la Saskatchewan et Terre-Neuve-et-Labrador doivent se dépêtrer avec de faibles prix du pétrole et des problèmes de pipeline, tandis que l’Ontario est aux prises avec une électricité qui coûte une fortune. Le Québec est à des années-lumière de ces problèmes.

Quant à l’immobilier, Montréal et le Québec n’ont pas eu à composer avec les soubresauts qu’ont connu Vancouver et Toronto, où certains secteurs ont subi des chutes de prix, fait valoir Hélène Bégin.

Enfin, au Québec, les investissements sont au rendez-vous. Non seulement le secteur public investit-il — qu’on pense aux écoles, aux routes ou au REM —, mais en plus, le secteur privé s’est mis de la partie.

Ainsi, en 2019, les entreprises projettent d’investir 20,6 milliards de dollars, ce qui constituerait une hausse de 10,6 % par rapport à 2018, soit la plus forte depuis 2011, selon Statistique Canada. La croissance des projets d’investissements touche autant les machines et l’outillage que les immobilisations, ce qui est de bon augure pour la productivité.

Le secteur public, de son côté, investira aussi 20,9 milliards en 2019, ce qui sera un peu plus élevé que l’année record de 2018.

Dans les autres provinces, les investissements du secteur privé sont en faible hausse ou dans le rouge, sauf en Colombie-Britannique.

Vous me direz que l’indicateur de croissance du PIB date de juillet, qu’il est publié avec quelques mois de retard et que les choses pourraient avoir changé depuis. Peut-être, mais ce n’est pas ce que les économistes voient dans leur boule de cristal.

Oui, les ventes au détail et les mises en chantier n’ont pas été particulièrement vigoureuses depuis juillet, oui, le rythme de croissance de l’économie sera difficile à maintenir, mais le marché de l’emploi continue de très bien faire au Québec (voir capsules).

De plus, la confiance des entreprises et des ménages québécois demeure très forte, ce qui les incitera à dépenser. En octobre, l’indice de confiance des consommateurs atteignait 164 au Québec, selon le Conference Board, très loin devant celui de l’Ontario (96), des Prairies (61) ou même de la Colombie-Britannique (122). En 2014, année de référence, l’indice était à 100 pour toutes les provinces.

Pas de doute, « il se passe de quoi » au Québec.

La plupart des observateurs s’échinent à regarder les données récentes pour tenter d’expliquer le phénomène. Pour ma part, je regarde plus loin dans le rétroviseur. Et constate que, ces dernières années, les Québécois ont traversé la crise de la corruption, la crise étudiante et la crise des finances publiques, qu’ils ont fini par régler, ma foi, admirablement.

Va-t-on enfin le reconnaître ? Les solutions que nous avons collectivement choisies, bien qu’imparfaites, ont assaini l’ambiance et favorisé le climat social et économique. Et aujourd’hui, pendant que les autres stagnent, on avance.

1 - Au Québec et au Canada, ce taux de croissance annualisé est pour les 7 premiers mois de l’année, tandis qu’il est pour les 6 premiers mois dans les autres pays.

Trois voyants au vert

Une croissance « généralisée »
La plupart des voyants sont présentement au vert au Québec, ce qui amène l’économiste principale de Desjardins, Hélène Bégin, à parler d’une période de croissance économique « généralisée ». Quels secteurs s’illustrent le plus ? Au cours des 10 derniers mois, le PIB réel a grimpé de 15,5 % dans le secteur minier non primaire, de 9,1 % dans le commerce de gros, de 6 % dans les mines et carrières, de 5,4 % dans l’électricité, de 4,7 % dans la gestion de sociétés et d’entreprises, et de 4,4 % dans la construction résidentielle. Onze secteurs industriels ont tiré l’économie vers le haut, soit cinq dans la production de biens et six dans les services, souligne Marc Pinsonneault, économiste à la Banque Nationale.

Des milliards de surplus
La bonne stature de l’économie — et les efforts de rationalisation des dépenses faits par le gouvernement précédent — se traduisent par des milliards de surplus dans les coffres de l’État québécois. Le gouvernement Legault compte profiter de cette marge de manœuvre pour redonner de l’oxygène aux contribuables à l’occasion de la mise à jour économique du 7 novembre. Parmi les mesures déjà connues, on compte la baisse des tarifs de stationnement dans les hôpitaux, qui pourrait coûter 150 millions à Québec. Le gouvernement pourrait aussi bonifier plus vite que prévu l’allocation familiale offerte pour les deuxième et troisième enfants.

133 000 nouveaux emplois
Si le PIB québécois progresse à vive allure, la création d’emplois suit aussi un rythme similaire. Quelque 133 000 emplois à temps plein ont été créés dans la province depuis un an. Le taux de chômage se situait à un creux de 4,8 % en septembre, contre 5,5 % dans l’ensemble du Canada. Le taux d’emploi (76,9 %) et le taux d’activité (80,9 %) ont tous deux atteint un sommet ce même mois chez les Québécois de 15 à 64 ans. Cette vigueur a une contrepartie de plus en plus visible : il manque de main-d’œuvre au Québec. On compte 140 420 postes vacants dans la province au deuxième trimestre, soit un bond de 21 % depuis un an. — La Presse