Universitas change de nom. Désormais, c’est sous le nom de Kaleido que le spécialiste des régimes enregistrés d’épargne-études (REEE) offrira ses services.

Nathaëlle Morissette Nathaëlle Morissette
La Presse

Cette nouvelle identité, dévoilée hier, a pour but de « refléter l’évolution du modèle d’affaires », a expliqué la présidente et chef de la direction de Kaleido, Isabelle Grenier.

Rappelons qu’Universitas a dû faire face, au cours des dernières années, à la grogne de certains parents mécontents que les règles donnant accès à des plans de bourse aient été assouplies en 2017, permettant ainsi à un plus grand nombre d’élèves d’y avoir droit. Il n’est donc plus obligatoire de terminer trois années d’études pour toucher à une cagnotte. Pour bénéficier d’une bourse, il suffit d’être inscrit à un programme postsecondaire durant 13 semaines.

Résultat, les changements rétroactifs ont fait fondre les bourses puisqu’elles étaient partagées par un plus grand nombre d’enfants. Une plainte contre Universitas a par ailleurs été déposée en Cour supérieure par un groupe de parents en septembre.

Plus de 1 million réclamé

De plus, deux anciens représentants commerciaux ont réclamé dans une demande déposée en Cour supérieure, en juin, plus de 1 million de dollars à leur ancien employeur, parce qu’on leur aurait refusé le droit d’exercer leurs fonctions de conseiller en sécurité financière à l’extérieur du groupe. Ceux-ci avaient affirmé que les difficultés financières d’Universitas les avaient convaincus d’aller chercher des revenus ailleurs.

Chez Kaleido, on se défend de vouloir faire table rase en changeant d’identité. « Depuis des années, Universitas évoquait seulement l’université, souligne Mme Grenier. Depuis deux ans, on a donné un accès beaucoup plus vaste [aux bourses]. On trouvait que ça ne reflétait plus ce qu’on avait à offrir à nos clients. On a évolué, ce changement est plus porteur. »