Le dollar canadien a atteint lundi son plus haut niveau en plus de trois mois par rapport au dollar américain, tout près des 77 cents US, dans l’attente des décisions de taux d’intérêt de la Réserve fédérale américaine (Fed) et de la Banque du Canada (BdC), mercredi.

Martin Vallières Martin Vallières
La Presse

En fait, rapporte l’agence d’informations financières Bloomberg, les cambistes parient que les décisions divergentes attendues des deux banques centrales — autre baisse de taux à la Fed, statu quo à la BdC — rehaussent le dollar canadien au premier rang des 10 principales devises du monde quant au rendement courant, selon le taux d’intérêt de base.

Ainsi, pour la première fois depuis trois ans, le rendement courant du dollar canadien (à 1,75 % de taux de base) pourrait surpasser celui de son puissant voisin américain si, comme prévu, la Fed abaisse son taux cible maximal de 2 % à 1,75 %, mercredi.

Cette appréciation du dollar canadien arrive à point nommé pour les nombreux Canadiens qui préparent leur séjour hivernal dans le sud des États-Unis.

Mais elle aurait peu de chance de durer, selon les économistes du Mouvement Desjardins dans leur analyse de «Prévisions des devises», publiée lundi.

« La remontée du dollar canadien concorde avec le retour d’un certain optimisme sur les marchés financiers, notamment en ce qui a trait aux négociations commerciales entre la Chine et les États-Unis, écrivent-ils.

«Un autre élément favorable au dollar canadien est la différence attendue dans l’évolution des politiques monétaires aux États-Unis et au Canada. »

Dans ce contexte, estiment les économistes de Desjardins, « l’appréciation récente du dollar canadien nous semble fragile. Nous prévoyons encore un retour vers 75 cents US d’ici la fin de l’année. Il s’agirait d’un niveau similaire à ce qui a été observé en août et en septembre lorsque l’inquiétude générale avait augmenté sur les marchés financiers. »